L’impact du développement durable sur les métiers et les formations


L’impact du développement durable sur les métiers et les formations. Ce dossier, réalisé par le centre de veille et de ressources documentaires du GREF Bretagne, dresse un panorama du développement durable en Bretagne, de son impact sur les métiers et les formations en région. Il recense aussi de nombreuses études, initiatives et  sites incontournables sur le sujet. Loin d’être exhaustif, ce dossier peut s’enrichir de vos contributions et de vos expériences. N’hésitez pas à nous les signaler ici.



Une synthèse nationale emploi-métiers-formation

Au niveau national, un premier travail de synthèse a été réalisé par les documentalistes du réseau des Carif-Oref.
« Du développement durable à la croissance verte : quels impacts sur l'emploi, les métiers et les formations ? »
Après avoir apporté des éléments de définitions sur les concepts et abordé les principaux éléments historiques, ce dossier donne les grandes orientations nationales puis fait le point sur les perspectives d’emploi et l’impact du développement durable sur les métiers et les formations.
Pour compléter cette synthèse, une bibliographie sélective est disponible sur le site du réseau des Carif-Oref.


Le développement durable et la politique de l’État en Bretagne

La Dreal Bretagne (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), sous l’autorité du Préfet de région, est désormais pilote des politiques de développement durable. L’objectif est d’instaurer une approche transversale du développement durable et de mettre en œuvre, au niveau régional, des politiques et actions découlant du Grenelle de l’environnement.
La Dreal remplace et reprend les compétences de la Direction régionale de l’environnement (Diren), de la Direction régionale de l’équipement (Dre) et de la Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (Drire).

Les grands axes du Projet d'action stratégique 2011-2013

Les sites du ministère de l’Ecologie, du Grenelle de l’environnement et du Grenelle de la mer


Les orientations du Conseil régional de Bretagne


L’ Agenda 21 de la Région Bretagne

Le Conseil régional de Bretagne s’est engagé, dès mai 2008, dans la construction d’un Agenda 21 régional. L’Agenda 21 se décline en deux volets, l’un externe en direction des partenaires régionaux, l’autre interne concernant l’institution régionale. La Région Bretagne a aussi intégré dans son Agenda 21 la notion de Responsabilité sociale qui ambitionne de favoriser l'égalité professionnelle et l'épanouissement humain.

A Consulter :
L'Agenda 21 sur le site de la Région Bretagne


Les études du CESER Bretagne sur le développement durable 

Le CESER (Conseil économique, social et environnemental de la région Bretagne) a réalisé, en 2009, 3 études régionales :

Eco-activités et développement durable, des opportunités de croissance pour la Bretagne (2009)
Pour une approche concertée des politiques énergétiques en Bretagne (2009)
Des énergies marines en Bretagne : à nous de jouer ! (2009)
Optimiser le projet Bretagne à Grande Vitesse (2012)
Des énergies marines en Bretagne (2) : concrétisons la filière (2012)


Les orientations environnementales bretonnes

Un état des lieux de l’environnement en Bretagne

Le GIP Bretagne environnement a été créé par l'État et le Conseil régional de Bretagne « Dans le cadre de la mise en cohérence de la politique régionale en matière d’accès et de diffusion de l’information environnementale (…), Ils ont souhaité se doter d’un outil d’intérêt communautaire de diffusion et de valorisation des données environnementales concernant la Bretagne... ».
Trois observatoires, portés par le GIP Bretagne environnement, suivent  l'évolution de la situation environnementale et évaluent l'impact des politiques publiques :
-l'Observatoire de la biodiversité et du patrimoine naturel en Bretagne (OBPNB)
-l'Observatoire de l’énergie et des gaz à effet de serre en Bretagne(Areges)
-l'Observatoire de l’eau
- L'environnement en Bretagne, cartes et chiffres clés Gip environnement

Sites à visiter :
Le site de Bretagne environnement


Le Pacte électrique breton

La Bretagne est fortement dépendante des autres régions françaises pour son approvisionnement en électricité.  L'objectif ambitieux de la région  est d’arriver à une autonomie énergétique de 34% en 2020 (8% en 2009) et à une puissance installée de 3.600 MW (soit quatre fois plus qu’aujourd’hui).
Le pacte électrique breton, adopté le 6 janvier 2011, est mis en oeuvre en partenariat avec l’Etat, le Conseil régional de Bretagne, les établissements publics (Ademe, Anah) et Réseau de transport d’électricité (RTE). Reposant sur une approche nouvelle de la question énergétique, il s'articule autour de 3 grandes orientations :

  • maîtrise de la consommation;
  • sécurisation de l’alimentation; électrique
  • développement des énergies renouvelables.

La maîtrise de la consommation énergétique

Le plan éco énergie développé en région vise la maîtrise de la consommation dans l’habitat, les transports, l’industrie et l’agriculture et propose des mesures ou dispositifs pour développer des modes de consommation citoyenne plus responsables (Plan Ecowatt, Plan de Déplacements Entreprise (PDE), co-voiturage, Voyagez responsable…)
Le site Info Energie propose des actions et un réseau de conseillers.
Les appels à projets innovants sont aussi lancés pour construire ou consommer autrement (bâtiment basse consommation, programme régional Eco-FAUR aménagement urbain durable, appui à la filière photovoltaïque) et favoriser une mobilité décarbonée par le développement d’une filière Véhicule électrique.

  • La sécurisation de l’approvisionnement électrique de la Bretagne. Une procédure a été lancée pour la création, d’ici 2015, d’une centrale à cycle combinée gaz pour la production d’électricité nécessaire aux moments des plus fortes consommations hivernales. Cette unité de production se situerait dans les environs de Brest .
  • Le développement des énergies renouvelables (EMR)

Pour ce faire, la région se tourne vers les énergies renouvelables :

  • le Conseil régional de Bretagne apporte son appui à la filière photovoltaïque,
  • l’ensemble des acteurs régionaux s’engagent pour le développement des énergies marines renouvelables. Pour y parvenir, une véritable filière se crée, notamment par la mise en place de formations à destination des professionnels et futurs professionnels.

Chiffres clés des énergies en Bretagne. Observatoire de l’énergie et des gaz à effet de serre en Bretagne, éd. 2010
En savoir plus sur l’engagement du Conseil régional de Bretagne : Un plan de soutien pour la filière photovoltaïque

Zoom :
En 2009, la production d’énergies renouvelables en Bretagne représente 6,3% de sa consommation d’énergie finale.
Il existe deux grands types d’EnR dites « primaire » :
- les EnR « électrique » : il s'agit des EnR produisant directement de l’électricité (éolien, hydroélectricité, photovoltaïque)
- les EnR « thermique » : ces EnR produisent directement de la chaleur exploitable (solaire thermique) ou sont utilisées comme combustible pour produire de la chaleur et/ ou de l’électricité (bois, biogaz, déchets renouvelables).
La production de chaleur représente 75% de la production d’EnR en 2009. Le bois en constitue la première ressource avec 95% de la production.
L’éolien, avec 54% de la production, est devenu la première source d’électricité renouvelable en 2009 devant l’ensemble Rance et hydroélectricité.


Les énergies marines renouvelables : projets et acteurs

La Bretagne dispose grâce à son littoral, d’un fort potentiel en énergies marines (courants, vents, marées) et particulièrement dans l’éolien offshore. Elle s’inscrit comme région pilote dans les énergies marines.
En région, il existe une volonté politique de l’Etat et du Conseil Régional de Bretagne de développer et structurer la filière éolien offshore :

  • Une volonté gouvernementale dont l’objectif est de concurrencer les grands groupes allemands, comme Siemens, ou américains, comme General Electrics. Aujourd’hui en France, il existe très peu d’entreprises spécialisées dans l’éolien terrestre (souvent de la sous-traitance et très peu de fabricants de matériels), contrairement à l'offshore ou les géants de l’énergie français sont présents. Le gouvernement a la volonté de créer une véritable filière marine et ainsi placer sur ce marché mondial, les grands groupes industriels français de l’énergie (Areva, Alstom fabriquent des turbines pour l’offshore, Bouygues et Vinci sont positionnés dans le génie civil ou encore Nexans dans la fabrication de câbles…).
  • Une volonté du Conseil régional de Bretagne de développer d'ici à 2020 une filière scientifique et industrielle, de créer des sites d'essais en mer et de développer des démonstrateurs. Le Conseil régional de Bretagne, « pour en organiser le développement, (…) élabore des schémas régionaux des énergies renouvelables : ces programmes de planification s'intègrent dans la démarche du Grenelle de l'environnement... ».

Dès le 17 octobre 2008, en signant la charte Ipanema (Initiative partenariale nationale pour l'émergence des énergies marines), la Région se lance dans une coopération nationale et européenne avec onze partenaires publics et privés (l'Etat et ses établissements publics Ademe et Ifremer, sept Régions françaises, des industriels (EDF et DCNS), bientôt rejoints par plus de 90 structures.

Énergies marines renouvelables emplois, compétences, formation… Quelles perspectives d’avenir ? Gisèle Gautier, janvier 2010
Maîtrise de l’énergie et développement des EnR : un marché en croissance malgré la crise. Ademe, Stratégie&études n°30, sept. 2011
Eolien offshore : vers la création d’une filière industrielle française ? PriceWaterhouseCoopers, déc. 2010

Les acteurs de terrain ou structuration d’une filière

Le Pôle Mer Bretagne et le Pôle Mer PACA font partie, depuis 2005, des pôles mondiaux ou à vocation mondiale.
Pôle Mer Bretagne et l’étude « Impact emploi-formation des projets d’énergies marines renouvelables », réalisée en 2008 par Brest Métropole Océane –Inforem, ont été moteur dans la création à l’Ensta, d’un Mastère Spécialisé Energies Marines Renouvelables.
Leur objectif est de répondre « par l’innovation, aux exigences croissantes de sécurité et de développement durable, génératrices d’activités et d’emplois». Comment ? en suscitant et accompagnant des projets collaboratifs associant entreprises et laboratoires, pour développer les produits et services innovants qui feront la différence sur les marchés internationaux. Ces deux pôles mer associent plus de 600 membres (grandes entreprises, PME, laboratoires publics et privés, Universités et grandes écoles concernés par le maritime).

Consulter les projets labellisés par le Pôle Mer Bretagne sur le développement des Ressources énergétiques marine

La webographie EMR


La mobilité décarbonée et le plan " Véhicule vert Bretagne"

La raréfaction des ressources pétrolières, l’obligation de réduire nos émissions de gaz à effet de serre… font que de « nouvelles mobilités », encouragées par les pouvoirs publics, émergent  ou tendent à se développer : des initiatives citoyennes comme le co-voiturage, l’autopartage, l’usage du vélo voire du vélo électrique...


Les transports en commun

En région, des transports ne produisant pas de gaz à effet de serre se développent, comme le transport ferroviaire ou des projets de transport en commun.


Le véhicule électrique

La région Bretagne s'implique dans le développement d’une filière du véhicule électrique ou hybride dont l’impact économique a été évalué à un marché entre « 20 et 50 milliards d’euros par an à partir de 2020 en Europe (dont 7,5 en France) ».

En Bretagne, PSA Peugeot Citroën, Rennes métropole, la Région Bretagne et le Conseil général d’Ille-et-Vilaine se sont engagés dans un programme d’expérimentation, sur 3 ans, portant sur les usages innovants d'une centaine de véhicules électriques dans l'agglomération rennaise. L'expérimentation a débuté à l’automne 2011.

Les projets véhicule vert


Impacts sur les emplois et la formation en région

La synthèse réalisée par les documentalistes du réseau des Carif-Oref, éclaire les perspectives nationales d’emploi et l’impact sur les métiers et la formation (p.53). Plus précisément, elle offre un état des lieux de l’avancée de la croissance verte dans les filières économiques.
L’observatoire national des emplois et des métiers de l’économie verte constitue le premier volet du pacte de solidarité écologique dont un des objectifs est de faire de la croissance verte un enjeu majeur pour l’emploi.

« Du développement durable à la croissance verte : quels impacts sur l'emploi, les métiers et les formations ? 
 L’observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte 

 


Les diagnostics ou études prospectives emploi-formation

L’expérimentation Maisons de l’emploi, de l'insertion et de la formation professionnelle (MDE) et Alliances Villes Emploi (AVE).
En 2008 et 2009, dans le cadre d’un appel à projet national « Maison de l’emploi et développement durable » piloté par le réseau Alliance Villes Emploi et l’Ademe, trois Maisons de l’emploi, de l'insertion et de la formation professionnelle (MDE) de Bayonne, Lille et Nancy, sont en charge d’établir des diagnostics partagés des besoins en formation et en recrutement dans la filière du bâtiment. 

En Bretagne, ce projet expérimental a été confié , à la MEIF du bassin de Rennes, la Medefi (Maison de l’emploi, du développement, de la formation et de l'insertion) de Redon et la Maison de l'emploi du Trégor-Goëlo, choisies pour mener cette action de diagnostics sur leurs territoires : opportunités de création d'emplois verts, accueil de nouvelles activités, adaptation des métiers existants, quantification du besoin en formation, sont, ainsi, à l'étude dans ces bassins de Rennes, Redon et Lannion.

Études sur la mobilité décarbonnée :
Emplois et compétences de la mobilité décarbonée : diagnostics et préconisations. Codespar, MEIF de Rennes, Note de prospective n°3, avril 2012 (pdf)
Mobilité décarbonée : quels impacts pour les emplois et les compétences sur le bassin d’emploi de Rennes à l’horizon 2020 ? – Codespar, MEIF de Rennes, Note de prospective n°2, nov. 2011 (pdf)
Quel avenir pour la filière de mobilité décarbonée ?  - Codespar, MEIF de Rennes, Note de prospective n°1 , juin 2011 (pdf)

Zoom : 
Sur le bassin d’emploi de Rennes, un Diagnostic « marché – emploi – formation » sur le bâtiment et les énergies renouvelables a été établi afin d’anticiper les besoins liés à l’emploi,  la formation professionnelle et à l’insertion. Cette étude a permis à la MEIF du Pays de Rennes, la construction d’un plan d’actions triennal qui s’inscrit dans le Plan Climat Energie Territorial de Rennes Métropole et dans différents travaux menés sur notre territoire.

Plusieurs études ont été aussi produites conjointement par le Codespar (Conseil de développement économique et social du Pays et de l’Agglomération de Rennes) et la MEIF du bassin de Rennes.

Diagnostic Marché-Emploi-Formation sur le bassin d'emploi de Rennes
L'ADEME Bretagne

Autres études :
Automobile, agroalimentaire, bâtiment et TIC - Diagnostic de 4 filières à enjeux pour le bassin d’emploi de Rennes. Codespar, juin 2013
Économie verte et emplois : une adaptation des métiers plus que des créations d’emploi. Codespar, Economie verte septembre 2012 – n°1 (pdf)
Le développement du bio et son impact sur les emplois. Codespar, MEIF de Rennes, mars 2011 (pdf)
Impact des démarches QSE sur l’emploi et la formation du Pays de Vitré – Porte de Bretagne. Meef, février 2011 (En qualité – sécurité – environnement)
Impact emploi-formation des projets d’énergies marines renouvelables. Inforem, fév. 2010
Prospective sur les ressources en eau et le potentiel de développement d’éco-activités dans le Pays de Rennes. Codespar, déc. 2009
Prospective sur la construction et la réhabilitation durables du bâti dans le Pays de Rennes. Codespar, déc. 2009
 
Dans le secteur du bâtiment : Economie verte et emplois : une adaptation des métiers plus que des créations d’emploi. Codespar, Economie verte septembre 2012 – n°1 (pdf)


Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations (CPRDF) 2011 - 2015

L’objectif du CPRDF est de définir et coordonner les politiques régionales dans le domaine de la formation professionnelle pour la période 2011/2015. Ce contrat a été signé par la Région Bretagne et l’Etat (Préfecture et Autorités académiques).
Pour répondre aux besoins en emplois et en qualifications de l’économie régionale et accompagner ses évolutions, le CPRDF prévoit, notamment, d’intégrer de manière transversale les principes du développement durable.
Le développement durable constitue une grande ambition pour la Bretagne à laquelle le CPRDF doit apporter une contribution déterminante. 
Ainsi, l’Etat, la Région et les Autorités académiques s’engagent à décliner leur intervention autour de quatre axes :

  • Organiser une veille permanente à partir des travaux conduits aux niveaux national, régional et territorial sur les évolutions liées au développement durable en matière d’emplois et de compétences.
  • Poursuivre l’évolution initiée pour intégrer ces principes et les nouvelles exigences qui en découlent dans l’ensemble des voies et des dispositifs de formation (formation initiale sous statutscolaire, apprentissage, formation continue) ; cette évolution passera aussi par le nécessaire développement de la formation des formateurs et des enseignants.
  • Accompagner les branches professionnelles dans l’élaboration de plans de formation liés à l’intégration des enjeux du développement durable.Compte tenu des conséquences attendues, à court terme, dans certains secteurs économiques, il conviendra également d’intensifier le travail de sensibilisation auprès des professionnels.
  • Développer des plans de formation régionaux spécifiques, pour assurer la montée en compétences nécessaire à l’émergence des activités nouvelles identifiées comme des opportunités prioritaires pour la Bretagne : les énergies marines renouvelables, l’éco-construction, la mobilité décarbonée.

(Extrait du CPRDF 2011 – 2015.  Orientation II « Soutenir une politique de formation et de qualification au service du développement économique, sociétal et environnemental en Bretagne »

Le CPRDF sur le site de la région Bretagne

Programme Bretagne Formation (PBF 2011 / 2013) et le développement durable

Le PBF, financé par la Région Bretagne, est un programme de formations qualifiantes de niveau Infra V, V et IV pour les demandeurs d’emploi.  Chaque formation réalisée dans le cadre de ce programme doit prévoir un module de sensibilisation aux problématiques du développement durable.

Une majorité des formations PBF 2011-2015 dans le domaine du bâtiment sont orientées « développement durable » avec l’intégration de spécificités : Ossature bois, photovoltaïque, énergies renouvelables, éco-matériaux, éco-construction…


L'offre de formation en Bretagne

Actu-formation :

L’UBS proposera, à la rentrée 2012, la licence "Sciences appliquées, écologie et société". Son objectif est d'appréhender de façon globale les enjeux du développement durable, pour développer une économie verte. Unique au niveau national, elle est à destination des bacheliers ou des titulaires de BTS, DUT.
En savoir plus, sur le site de l'UBS
L’Ensta organise du 16 au 20 juillet 2012, une école d’été sur les énergies marines renouvelables. A destination des doctorants, des ingénieurs…
     

Exemples choisis :

Les universités spécialisées :
L’UVED (Université virtuelle " Environnement et développement durable") est l’une des sept Universités Numériques Thématiques (UNT) soutenues par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle fédère des établissements d'enseignement supérieur et de recherche et, dans le cadre d’une mutualisation à l'échelle nationale, valorise, produit, diffuse, et rend accessible aux étudiants et enseignants des ressources pédagogiques numériques, validées scientifiquement.
    
L’ENVAM (ENVironnement et de l’AMénagement) est une vaste plate-forme universitaire francophone de formation et d’enseignement à distance dédiée aux métiers de l’environnement et de l’aménagement. Pilotée par l’université de Rennes 1, l’ENVAM, labellisé par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, regroupe sept universités et deux grandes écoles (réparties sur trois continents) et des organismes de recherche (INRA, CNRS).

En projet :
    - A Quimper, la création d'un Institut de formation aux énergies nouvelles.

L'UVED et les universités numériques thématiques
Les formations de l’ENVAM

Les organismes de formation intègrent des modules Développement durable (économie d’énergie, …). Pour obtenir les coordonnées des organismes de formations, consulter :
- Pour la formation initiale :Nadoz

- Pour la formation continue : GREF Bretagne


GREF Bretagne - janvier 2014
Directeur de la publication : Hervé Greugny
Responsable de publication : Florence Barbin
Information et Rédaction : Catherine Le Duff et Martine Agatensi-Manach