Travailleurs saisonniers. Perros-Guirec se penche sur la question du logement pour recruter

Pour Marie Laizet, chargée de mission saisonnalité à la Mission locale des Côtes d’Armor, "le poste logé est devenu l’un des principaux arguments de recrutement pour les salariés" qui recherchent d'abord, selon elle, "un bon cadre de travail et de vie". Pour faire face à la pénurie de logement rencontrée dans toutes les stations balnéaires, Perros-Guirec a lancé le dispositif "Un toit un emploi" auquel adhèrent désormais vingt propriétaires, dont dix à Perros-Guirec.

Grâce à cette mesure, une vingtaine de saisonniers (sur près d'une soixantaine de demandes) de 19 à 66 ans ont trouvé un toit. Mais elle ne permet pas de répondre à tous les besoins.

L'éventuel hébergement de ces travailleurs dans les internats des lycées de Lannion se heurte à des problèmes de mobilité. Tous n'ont pas de véhicule et ceux qui en possèdent préfèrent être logés au plus près de leur travail en raison du coût des carburants. Reste les 25 scooters électriques proposés à la location, par Lannion Trégor communauté (LTC), pour ceux qui travaillent à plus de sept km de leur domicile. Mais victimes de leur succès, ils sont déjà tous loués, indique le service transport de LTC.

La municipalité étudie donc, avec le Département, d'autres solutions d'hébergement de proximité, dont le Centre des jeunes du Quinquis. 

Source

Ouest-France, éd. Perros-Guirec, 25/06/22