Sanitaire. Difficultés d'insertion pour les étudiants infirmiers

Alors que la Dares indique que plus de 90 000 postes supplémentaires devraient s'ouvrir dans le secteur de la santé sur la période 2010-2020, la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnesi) témoigne de la difficulté que connaissent, depuis 2012, les jeunes diplômés à s'insérer.

Leur enquête, menée sur 3 mois auprès de 3 221 diplômés des 5 dernières années, indique que 14 % sont en recherche d'emploi et que 41 % n'exercent pas le poste qu'ils convoitaient. En cause : les moindres besoins de recrutements des hôpitaux et la crise économique. Par ailleurs, l'offre de formation a changé : depuis 2009, elle a intégré le cycle LMD (licence-master-doctorat) ce qui a fait sortir, sur le marché du travail en 2012, une promotion de 25 000 étudiants infirmiers. D'autre part, depuis 2010 la profession, inscrite en catégorie A, voit ses départs à la retraite retardés. La Fnesi souligne également que "la façon dont sont fixés les quotas d'entrée dans les centres de formation régionaux posent problème puisque 66 % des nouveaux diplômés ne travaillent pas dans leur région d'étude". Enfin, l'enquête met en lumière une inadéquation entre les souhaits de poste des infirmiers et les besoins de main-d'oeuvre, qui sont forts en psychiatrie ou en gériatrie par exemple. Conclusion de ce sondage : 44 % des jeunes diplômés seraient prêts à prendre un poste dans un autre secteur que celui de la santé.

Source

Le Monde, 26/06/14