Politique emploi. La Cour des comptes alerte sur la mauvaise maîtrise des contrats aidés

Dans son rapport consacré au budget 2016 de la France, la Cour des comptes s'inquiète du risque lié à la sous-estimation chronique, par l'Etat, du nombre de contrats aidés et de leur coût. Elle précise que "l'impact des mesures nouvelles [plan 500 000 formations, prime à l'embauche PME] et des sous-budgétisations pose la question de la soutenabilité à moyen terme des dispositifs concernés".

Les écarts sont, selon elle, "récurrents, d'exercice en exercice" entre le nombre de contrats aidés prévu et le nombre effectivement réalisé. L'analyse du budget 2016 le démontre clairement. Alors que la loi de finances initiale budgétait 295 000 contrats aidés en 2016, un chiffre en baisse d'un tiers par rapport à l'année précédente, au final, 456 723 ont été enregistrés, essentiellement du fait d'une rallonge budgétaire de 150 000€ officialisée en juin. Le coût total de la mesure : 575 millions d'euros. A ce budget, se sont ensuite rajoutés le plan des 500 000 formations supplémentaires pour les demandeurs d'emploi, annoncé en janvier 2016 et la prime à l'embauche dans les PME qui ont coûté 854 millions d'euros, non initialement budgétés.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, annonce dans Les Echos "vouloir éviter les ruptures" et travailler "à définir une feuille de route pour le long terme".

Source

Les Echos, 01-08/06/17