Formation à distance. Tutoriel et Mooc : où en est-on ?

Les tutoriels (vidéos d'apprentissage) connaissent un franc succès. Pour prendre le pas sur les Moocs* ?

Les jeunes sont particulièrement friands des tutos. La plateforme Youtube est fortement plébiscitée avec quelque 2 milliards d'utilisateurs mensuels, dont 29 % ont entre 18 et 34 ans... pour les matières classiques d'enseignement scolaire mais aussi pour des tutos beauté, bricolage, musique...

Une étude BVA (mai 2018) confirme que 75 % des Français sondés consultent des vidéos d'abord pour s'instruire ; d'ailleurs, 21 % visionnent souvent des sujets d'enseignement ou de culture générale ; "20 % des tutoriels sur des produits, des services et des conseils pratiques". Les grandes entreprises s'en sont emparées pour "accroître leur lisibilité et développer une proximité avec leurs clients". Leroy Merlin propose ainsi plus de 280 vidéos pédagogiques qui ont généré 15 millions de vues en 2019.

Les Moocs, nés il y a une dizaine d'années, par contre, ne remplissent pas, actuellement, les ambitions du début. Ils sont confrontés à un fort taux d'abandon, entre 90 à 95 % des inscrits. Particulièrement utilisés par des apprenants déjà "très diplômés", ils sont "loin d'être l'arme d'instruction massive attendue". Certains ne sont aussi que des "avatars" des cours donnés en présentiel. Mais les spécialistes ne donnent pas pour autant les Moocs moribonds. Ils pourraient trouver leurs places face à la demande croissante des étudiants des pays émergents, parce que "les frais de scolarité dans l'enseignement supérieur flambent" et que les besoins de la formation initiale et continue s’accroissent.

Actuellement, le marché mondial des Moocs est représenté, en 2019, par 13 000 cours issus de 1 000 établissements, "soit 10 fois plus qu'en 2013". D'ici 2022, selon les estimations, 15 000 cours devraient être disponibles pour 150 millions d'étudiants. A condition d'"emprunter les recettes des tutos [...] : format court, animations dynamiques, ton complice" ou l'enseignant aura un rôle d'animateur, et non plus seulement celui du "sachant qui délivre son savoir" mais celui d'"un facilitateur qui apprend aux élèves à apprendre".

*Mooc : Massive Open Online Courses

Source

Le Monde, 24/03/20-01/04/20