Lannion (22). Moins de licenciements à Nokia et l'ouverture d'un centre européen de cyberdéfense

Nokia prévoyait, en juin, de supprimer au total 1 233 emplois sur ses sites français, dont 402 à Lannion, l'équipementier télécom. Après d'âpres discussions avec les pouvoirs publics et les représentants des salariés, le groupe annonce la suppression de 986 emplois en France, soit 247 emplois sauvegardés. 240 postes sur 772 seront finalement supprimés à Lannion et 746 (contre 831) sur 2 895 à Nozay (Essonne).

C'est aussi Lannion qui captera, d'ici à la fin de l'année prochaine, 97 des 112 emplois créés grâce à l'ouverture d'un centre européen de cyberdéfense. Ce site a été choisi "grâce à [son] expertise unique en matière de développement, test, validation, intégration et plateformes" et pour son "activité consulting" indique le groupe. De nouveaux projets pourraient voir le jour avec le développement de la 5G.

En contrepartie, Nokia sera accompagné par l'Etat dans le cadre du plan de relance. Le montant de l'aide n'est pas encore connu. Le groupe s'engage à rembourser les sommes perçues s'il y avait un nouveau plan social non signé par les partenaires sociaux.

Nokia emploie 100 000 salariés dans le monde, dont 5138 en France. Ce plan social est le 4e que connaît Alcatel-Lucent depuis son rachat, en 2016, par le groupe finlandais Nokia.

Source

Le Télégramme, Ouest-France, 23-24/10/20