Métiers du grand âge. Un comité d’acteurs morbihannais travaille à leur attractivité

Cette année, 4 250 projets de recrutements, principalement des postes d’aides à domicile, d’aides ménagères, d’aides-soignants et d’agents de services hospitaliers, émanent des acteurs morbihannais du soin et de l’accompagnement, recense l’enquête Besoins en main-d’œuvre (BMO) de Pôle emploi. Mais les métiers du grand âge sont une « filière en tension », constate Yves Bleunven, président du Centre de gestion (CDG) de la fonction publique territoriale du Morbihan.  

Pour infléchir cette tendance, un comité départemental* travaillant à l’attractivité de ces métiers a été créé à l’automne dernier à l’initiative des collectivités, de Pôle emploi et de l’Agence Régionale de Santé (ARS).

Le 3 juin, il a organisé une conférence sur les dispositifs d’aide à l’emploi et les formations pour les 130 établissements et la cinquantaine de services concernés. La nécessité de recruter le plus localement possible a été mis en évidence afin de lever les éventuels freins à la mobilité et au logement, tout comme l’intérêt de capter les personnes en reconversion.

Un second temps fort aura lieu en octobre : des établissements ouvriront leurs portes.

Pour Cédric Labbay, responsable du pôle Personnes âgées à la délégation du Morbihan de l’ARS, le Ségur a revalorisé ces métiers mais « leur attractivité viendra aussi de la qualité de vie au travail dans les établissements ».

*Le comité départemental sur l’attractivité des métiers du Grand Âge regroupe les fédérations sanitaires et médico-sociales (ADMR – FHF – FNADEPA – OMEGA – SYNERPA – URIOPS), la Mutualité, le GCSMS, l’association des IDE coordonnatrices de SSIAD (ADICOM), l’UDCCAS ainsi que les instituts de formation du département.