Égalité professionnelle femmes-hommes

L’égalité entre les femmes et les hommes est « un impératif démocratique, une exigence sociétale, une nécessité économique ». Malgré des avancées réelles, les inégalités se vivent encore au quotidien (éducation, formation, vie professionnelle…).
Ce dossier valorise les différent.e.s acteurs et actrices mobilisé.e.s et souligne le rôle que la formation et l’entrepreneuriat des femmes ont à jouer pour la mixité des métiers

Valoriser les bonnes pratiques bretonnes et diffuser une culture de l’égalité  femmes-hommes sont les deux objectifs de cette base d’initiatives, proposée depuis 2007 sur notre site. Communiquez sur vos actions et informez-vous sur les initiatives régionales.

L'action de l'Etat


Au national

Le gouvernement s’est doté d’un ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances. Rattaché à la Premiere ministre, Elisabeth Borne, il est piloté par la ministre Isabelle Lonvis-Rome.

de promouvoir les mesures destinées à faire disparaître toute discrimination liée au sexe et à accroître les garanties d'égalité dans les domaines politique, économique, professionnel, éducatif, social, sanitaire et culturel. A ce titre, elle veille en particulier, en lien avec les ministres compétents, à l'amélioration de la prise en compte de la maternité et de la paternité dans les parcours professionnels et au développement des modes de garde, notamment collectifs, des jeunes enfants. Elle lutte également contre les violences sexistes et sexuelles, indique le décret n°2020-963 du 31/07/2020

La Ministre a autorité sur la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), sur le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine envers les personnes lesbiennes, gay, bi et trans, et sur la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains. (1)

La Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) est composée de 3 services, dont le Service des droits des femmes (SDFE), qui porte les politiques de l’égalité dans une approche intégrée. Ce réseau déconcentré des droits des femmes comprend un.e représentant.e dans chaque région et département. Les directions régionales aux droits des femmes sont placées auprès des Secrétariats généraux pour les affaires régionales (SGAR) et les délégué.e.s départementaux aux droits des femmes, auprès des préfets ou au sein des Directions départementales de la cohésion sociale (DDCS/DDCSPP) selon les situations locales.

Le SDFE travaille notamment  :

  • A l’accès effectif des femmes à leurs droits et à la lutte contre les violences faites aux femmes, en lien avec la mission interministérielle de protection des femmes contre les violences et de lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF) ;
  • Au développement d’une culture de l’égalité et au respect mutuel entre les filles et les garçons dans le système scolaire et à la lutte contre les stéréotypes sexistes ;
  • A la mixité des emplois et à l’égalité professionnelle.

Il s’appuie sur de nombreux partenaires auxquels il fait appel pour la réalisation de travaux : le Défenseur des droits et au Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes

Le 25 novembre 2017, l’égalité entre les femmes et les hommes a été déclarée Grande cause du quinquennat. Le Président de la République estime que l’éducation est le premier levier permettant de lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Les professionnel.le.s de la petite enfance seront donc formé.e.s à déconstruire les représentations sexistes dès le plus jeune âge. Les fonctionnaires bénéficieront également d’un grand plan de formation initiale et continue, notamment les cadres.

 A visiter : le site du ministère chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances

Source :

Décret n°2020-963 du 31/07/2020 relatif aux attributions de la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances


En Bretagne


La Direction régionale aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE)

Placée sous l'autorité du préfet de région, la Direction régionale aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE) met en œuvre, en région, la politique du Gouvernement en initiant des actions en partenariat avec les responsables locaux de la vie économique, sociale et associative.

Les actions impulsées par la Directrice régionale et, dans les départements par les délégué.e.s aux droits des femmes et à l'égalité, répondent à plusieurs objectifs : la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail et dans la société, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, la parité dans le domaine politique et de la représentation, les droits personnels et sociaux des femmes et l’articulation des temps de vie.

Consulter la page Égalité et droits des femmes du site de la Préfecture de région

La DRDFE en Région : Accéder aux coordonnées des déléguées départementales aux droits des femmes et à l’égalité en consultant l’annuaire des relais institutionnels bretons

Travaillant de façon interministérielle, la DRDFE intègre dans son action les enjeux et démarches des autres Directions régionales des services de l’État. Du fait de la transversalité de ses actions, elle construit et développe des partenariats avec l’ensemble des services de l’État. Elle mobilise, pilote, coordonne et valorise le réseau régional des référent.e.s « égalité femmes-hommes » des différentes administrations d’État détaillées ci-après.


La mission académique pour l'égalité des chances entre les filles et les garçons

Placée sous l'autorité directe du chef du service académique d'information et d'orientation (SAIO), la mission a pour objectifs :

  • la transmission des valeurs d’égalité entre les filles et les garçons;
  • le renforcement de l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes;
  • l’engagement pour une mixité plus forte des filières de formation et à tous les niveaux d’étude.

Elle propose aux équipes éducatives un accompagnement ainsi que des actions en formation initiale et continue. Elle conçoit, conduit ou s'associe à des projets, développe des collaborations avec les partenaires institutionnels, associatifs et économiques de la problématique.

Elle participe notamment à des manifestations d’élargissement des choix d’orientation telles que « Filles et maths, une équation lumineuse », « Sciences de l’ingénieur au féminin », « Le numérique, des métiers en tous genres » ou réalise des actions de promotion des métiers numériques auprès des collégiennes. Elle dispose par ailleurs de l’exposition « Tous les métiers sont mixtes » éditée par Femmes Ici et Ailleurs. Elle s'appuie sur un réseau de référent.e.s « égalité » présent.e.s sur toute l'académie : au niveau des inspections académiques, des CIO, des établissements scolaires.
L'académie de Bretagne est engagée dans la démarche d'obtention du label égalité, en tant que région expérimentatrice dans le cadre de la démarche initiée par le ministère de l’Éducation nationale.
L'ONISEP Bretagne  et le Réseau Canopé  sont des structures ressources complémentaires en termes d’outils et d’animations.

Consulter la page de la mission égalité

Accéder aux coordonnées en consultant l’annuaire des relais institutionnels bretons


La mission Égalité femmes-hommes de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF)

La Direction régionale de l'agriculture, de l'alimentation et des forêts est engagée avec son ministère ont obtenu, en octobre 2020, le double label Afnor Egalité/Diversité

L'engagement 2020 du ministère de l’Agriculture et de l’alimentation.

Accéder aux coordonnées en consultant l’annuaire des relais institutionnels bretons


La Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DREETS)

L’égalité professionnelle est une priorité des politiques publiques de la DREETS. Celle-ci finance plusieurs actions en faveur de la mixité des métiers, de l’accès des femmes au marché du travail ou à l’entreprenariat.
Ces services de l’inspection du travail contrôlent si les entreprises respectent leurs obligations en la matière : accord égalité, lutte contre le harcèlement sexuel, protection de la maternité et des conditions de travail des femmes enceintes ou allaitantes.

La Direction régionale du travail et de l'emploi DREETS a obtenu le label égalité-diversité délivré par l'Afnor.

La page égalité de la DREETS Bretagne 

Accéder aux coordonnées en consultant l’annuaire des relais institutionnels bretons


La Direction régionale des affaires culturelles (Drac)

Depuis 2013, le ministère de la Culture s’est doté d’un observatoire de l’égalité femmes-hommes dans la culture et la communication. Tous les 8 mars, il publie son rapport d’observation.

La Direction régionale aux affaires culturelles de Bretagne est engagée dans la démarche de labellisation "égalité-diversité", après que le ministère de la Culture l'ait obtenu.

Consulter le rapport 2019

Consulter la page Égalité et diversité du site du ministère de la Culture

Accéder aux coordonnées en consultant l’annuaire des relais institutionnels bretons


La Délégation académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (DRAJES)

La DRAJES assure l’animation et la coordination des politiques publiques du sport, de la jeunesse, de la vie associative, de l’engagement civique et de l’éducation populaire, ainsi que, dans ce champ de compétence, des politiques relatives à l’égalité et à la citoyenneté et au développement de l’emploi et coordonne l’action des services départementaux à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (SDJES).

La Direction régionale jeunesse et sports, cohésion sociale DRAJES a obtenu le label égalité-diversité délivré par l'Afnor.

Accéder aux coordonnées en consultant l’annuaire des relais institutionnels bretons


La Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL)

La Dreal, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement est engagée en faveur de l’égalité femmes-hommes, principalement en interne, via ses politiques RH en veillant à la mise en œuvre de l’égalité professionnelle en direction de leurs agent.e.s. Avec son ministère, elle est engagée dans la démarche de labellisation Afnor.

Accéder aux coordonnées en consultant l’annuaire des relais institutionnels bretons

L'action du Conseil régional de Bretagne

Le Conseil régional de Bretagne est mobilisé depuis près de 15 ans pour l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, au sein de ses politiques publiques et dans les relations avec ses partenaires comme en direction des agent.e.s.


L'égalité femmes-hommes, une politique publique transversale  

 

La Région Bretagne a inscrit l’égalité femmes-hommes dans toutes ses politiques (formation, développement économique, aménagement, numérique, culture, jeunesse, sport…). Sa volonté est de s’assurer qu’aucun dispositif ne crée ou n’ajoute des inégalités  entre les femmes et les hommes et de promouvoir des objectifs d’égalité femmes-hommes dans toutes ses compétences.

Sa feuille de route s’articule autour de 3 ambitions :

  • Observer, révéler et rassembler pour diffuser la culture de l’égalité auprès de toutes et tous et au plus près des territoires ;
  • Déployer l’égalité femmes-hommes dans toutes les compétences régionales avec l’appui de correspondant∙e.s dédié∙e.s pour qu’ils et elles promeuvent des objectifs précis de réduction des inégalités et décident le cas échéant d’actions proactives ;
  • Agir dans son organisation pour devenir exemplaire dans sa responsabilité d’employeuse , améliorer l’accès des femmes aux postes d’encadrement, lutter contre les stéréotypes de sexe dans la communication, faciliter l’articulation des temps de vie, agir contre les violences sexistes et sexuelles sont quelques-uns des axes du plan d’action du Label Egalité professionnelle de la collectivité. 

Elle renforce les actions déjà menées :

Dans la formation    

Depuis plus de 15 ans, la Région sensibilise les organismes de formation professionnelle à l’égalité femmes-hommes : critère dédié dans ses appels d’offre, obligation de dispenser un module ad hoc pour les apprenant.e.s (depuis 2008, plus de 150 000 stagiaires en ont bénéficié), formation de formateurs et formatrices, accompagnement personnalisé des structures… Ainsi, la formation-action MégalitE 1 et 2 a permis à 33 structures (organismes de formation et Centres de formation d’apprentis (CFA) de bénéficier d’un soutien pour réaliser un diagnostic sexué des inégalités, se former et réaliser des actions correctrices, tant auprès des salarié.e.s que des stagiaires. Ce dispositif favorise la constitution d’un réseau régional de professionnel.le.s formé.e.s et proactifs. (1)

Par ailleurs, depuis 2019, les organismes de formation proposent, à minima, une initiative ou mettent en œuvre une pratique pédagogique qui doivent impacter une et/ou plusieurs étapes de la formation (information collective, recrutement, accompagnement, accueil dans les entreprises, etc.) et être conduites de façon dynamique, collégiale et transversale en s’assurant de l’implication concrète de ses partenaires, et en associant les ressources de proximité, territoriales dédiées. (1)

Depuis 2011, les lycéen.ne.s breton.ne.s sont, dans le cadre du dispositif Karta, sensibilisé.e.s à l’égalité filles-garçons et à la lutte contre toutes les discriminations. Une centaine d’établissements se mobilise, chaque année, autour de projets contre les stéréotypes sexués et leurs effets (relations filles-garçons, orientation, prévention des violences sexistes et sexuelles...). Ils permettent de favoriser la sensibilisation et la participation active des lycéen.ne.s contre le sexisme, d’élaborer des outils pédagogiques, de mutualiser les expériences et les pratiques entre établissements.

Par ailleurs, le Conseil régional des lycéen·ne.s (CRJ) s’est, depuis 2004, à chacun de ses mandats, auto-saisi du sujet et a installé une commission dédiée pour que des projets ciblés thématiques puissent se dérouler.

Dans l'orientation

Le Contrat breton pour la formation, l’orientation et l’évolution professionnelles (CPRDFOP 2017-2022) inscrit l’objectif de garantir à toutes et tous une orientation non sexuée, élargie et diversifiée. 

Cette démarche implique la formation des professionnel.le.s d’IDÉO et du Conseil en évolution professionnelle (CEP).

Dans la vie économique et sociale   

La Région soutient les initiatives des secteurs d'activité et des partenaires qui agissent pour la promotion de l’égalité professionnelle : aide à la création d’entreprises des femmes, soutien à l’installation des agricultrices et à leur prise de responsabilités dans les instances, valorisation de la place des femmes dans le secteur maritime, incitation à la formation et à l’embauche des femmes dans les métiers du numérique, soutien à l’insertion professionnelle des familles en situation de monoparentalité, à la prise en compte de l’égalité femmes-hommes auprès des transporteurs…

Dans les territoires   

Rattaché à la Direction de l'aménagement et de l'égalité du Conseil régional de Bretagne, le Pôle Égalité des droits et innovation sociale contribue à associer les territoires à la définition d’actions au plus près des Breton.ne.s.

La Région est attentive aux enjeux d'accès aux droits et à l'information pour toutes et tous sur l’ensemble du territoire et reste à l’écoute de l’ensemble de ses partenaires. Elle est ainsi mobilisée pour accompagner celles et ceux qui initient des actions favorisant l’insertion professionnelle des femmes, leur mobilité et leur pouvoir d'agir, qui interviennent auprès des familles en situation de monoparentalité.

 Le Conseil régional de Bretagne veut développer :

  • la connaissance, la sensibilisation et l’appropriation des enjeux de l'égalité femmes-hommes par les Conseils de développement et Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) est une priorité. Le dispositif Collectiv’Egalité accompagne ainsi, depuis 2021, 8 d’entre eux à intégrer des objectifs d’égalité femmes-hommes dans leurs compétences ;
  • la sensibilisation des différent.e.s acteurs et actrices intervenant au sein des Quartiers prioritaires de la ville (QPV) avec RésOVilles
  • la diffusion, mutualisation de pratiques, d’informations via un « réseau breton d’actrices et d’acteurs des territoires » réuni∙e.s au sein d’un Conseil pour l’égalité entre les femmes et les hommes en Bretagne (CpeG) qui concourt à la montée en connaissances et compétences et à la professionnalisation des partenaires.

 

Source :
1)  Rapport Egalité femmes-hommes 2020. Conseil régional de Bretagne, 2021.


La Région agit dans son organisation   

En sa qualité d’employeur public, le Conseil régional de Bretagne déploie un ensemble d’actions en faveur de l’égalité professionnelle entre les agentes et agents. Ces dispositifs sont synthétisés au sein d’un plan d’actions qui a obtenu, en juin 2019, le renouvellement, pour 4 ans, du label Egalité.

 

La Région s’engage sur :

  • Le recrutement
  • La formation,
  • Le déroulement de carrière,
  • La rémunération,
  • La qualité de vie au travail,
  • La lutte contre toutes formes de violences et de discriminations.

Elaboré en lien avec les élu.e.s et les représentant.e.s du personnel, le plan d’action s’articule autour de 3 axes de travail :

  • Développer une culture interne de l’égalité
  • Développer l’égalité dans la gestion des ressources humaines et le management
  • Favoriser l’articulation des temps de vie personnelle et professionnelle.

En savoir plus sur l’action interne de la Région

Assemblée consultative du Conseil régional de Bretagne, le Conseil économique, social, environnemental et régional (CESER) de Bretagne est composé d'acteurs et d'actrices qui représentent tous les courants de la société civile. Il émet des avis et des propositions pour enrichir la réflexion des élu.e.s et réalise des études de fond pour faire partager au plus grand nombre les enjeux du développement de la Bretagne.
Découvrez son action en faveur de l’égalité


La formalisation des engagements du Conseil régional de Bretagne   

 

Le Rapport d'Activité et de Développement Durable

Tenue par la loi du 4 août 2014 de produire un rapport annuel en matière d'égalité entre les femmes et les hommes dans son fonctionnement, au sein des politiques qu’elle mène et de décliner des pistes d’amélioration, la Région Bretagne rend compte, depuis 2015, de son engagement dans le volet Égalité femmes-hommes de son Rapport d'Activité et de Développement Durable (RADD), soumis à l’approbation des élu·e·s de la collectivité.

Consulter le RADD 2020

 

Les chartes, le label égalité professionnelle femmes-hommes

En 2006, le Conseil régional adhère à la Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale. A ce titre, de nombreuses démarches ont été conduites : lutte contre les violences faites aux femmes, promotion de la place des femmes dans les espaces publics (« Marche des femmes »…).

Dès 2007, le Conseil régional de Bretagne se mobilise en faveur de l’égalité professionnelle, en adoptant, à l’unanimité, le second volet de la Charte consacré à l'égalité professionnelle femmes / hommes.

En 2011, le plan d’actions en faveur de l’égalité professionnelle de la Région reçoit la labélisation de l’AFNOR. Le Conseil régional de Bretagne est alors la 3e collectivité française labellisée. Le label a ensuite été renouvelé en 2014, puis, dernièrement, en juin 2019 pour une période de quatre années (2019-2023). Ce 3ème plan d’actions, pluri annuel, comprend une quarantaine d’actions.

L'obtention de ce label permet à la collectivité de valoriser les actions déjà mises en place depuis de nombreuses années et de s'engager dans une démarche d'amélioration continue, en se fixant des objectifs en matière d’égalité professionnelle et en prenant les mesures permettant de les atteindre.

Par ailleurs, en 2018, il signe l’engagement d’une communication publique sans stéréotype de sexe en promulguant un guide dédié.

 

Le réseau breton des partenaires de l'égalité femmes-hommes   

Créé en 2005, le Conseil pour l’égalité entre les femmes et les hommes en Bretagne (CpeG) a accompagné la Région Bretagne dans la coélaboration, entre 2006 et 2014, des objectifs et de la programmation de 4 Biennales de l’égalité femmes-hommes dans les 4 départements bretons. Il favorise la visibilité, la valorisation de toutes celles et ceux qui agissent concrètement, et partout sur le territoire, pour réduire les inégalités femmes-hommes dans tous les domaines, au plus près des urgences et des besoins. Renouvelé en 2017, il est un lieu ressources de contacts et d’outils, permet l’interconnaissance, la mutualisation des savoirs et des projets et favorise les partenariats.

Parmi ses priorités figurent notamment le besoin partagé par ses membres d’élaborer une cartographie régionale des points d’appui Égalité femmes-hommes (actions, partenaires, ressources…), d’ancrer davantage en proximité les initiatives, d’oser l’innovation sociale pour progresser en réactivité et efficacité, d’élargir le CpeG à de nouveaux partenaires breton.ne.s.

 En savoir plus :
 
La rubrique Égalité femmes-hommes, sur le site du Conseil régional de Bretagne
Accéder aux coordonnées en consultant l’annuaire des relais institutionnels bretons

 

L'action conjointe Etat-Région en Bretagne

L’État et le Conseil régional de Bretagne travaillent de concert à la promotion de l’égalité et à la lutte contre les inégalités sexuées.

Ce partenariat prend diverses formes :

Le Contrat breton pour la formation, l’orientation et l’évolution professionnelles (CPRDFOP)

Co-élaboré par la Région et l’État en lien avec les partenaires sociaux, le Contrat de Plan régional de développement des formations et de l'orientation professionnelle (CPRDFOP) 2017-2022 fixe les orientations stratégiques en termes de formation (initiale, continue, apprentissage) et d’orientation pour tou.te.s les breton.ne.s (scolaires, demandeur.euse.s d’emploi, apprenti.e.s, salarié.e.s, étudiant.e.s…). Avec le numérique comme objectif transversal, il doit permettre d’assurer à toutes et tous un parcours personnalisé de qualification et d’évolution professionnelle vers et dans l’emploi.

Il s’articule autour de 10 chantiers, dont l’un concerne la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes via l’élargissement et la diversification de l’orientation et le développement de l’entrepreneuriat des femmes. Ce chantier poursuit 2 objectifs : faire passer de 12 % à 33 % d’ici à 2025 la part des métiers mixtes et atteindre, d’ici 2020, 40 % de créatrices d’entreprises bretonnes.
Un autre de ces chantiers concerne le Service public régional d’orientation et d’évolution professionnelle (SPRO-EP). L'enjeu de la mixité des métiers est inscrit dans les chartes qualité relatives aux salons post bac et pour toutes les actions d'information métiers. Toute initiative d’information sur les formations et/ou les métiers doit prendre en compte cet enjeu.
Un plan de professionnalisation à destination des professionnel.le.s de l'orientation a également été élaboré.

Consulter le CPRDFOP et sa synthèse


Le réseau des référent.e.s égalité de la DRDFE et des correspondant.e.s Égalité femmes-hommes du Conseil régional de Bretagne

Le Conseil régional de Bretagne et l’État en région se sont dotés de personnes ressources égalité femmes-hommes au sein de leurs services et directions.
Afin de mutualiser leurs énergies, ces agent.e.s de l’État et du Conseil régional de Bretagne se sont organisé.e.s en réseau régional et se sont rencontré.e.s pour diffuser et partager les valeurs, droits et savoirs de l’égalité des droits entre les femmes et les hommes.
Au cours de cette réunion, elles et ils, ont aussi bien travaillé sur des enjeux liés aux politiques publiques (promotion de la mixité, indicateurs de chantiers européens, jeunes, citoyenneté… ) que sur des questions relatives aux deux fonctions publiques (territoriale et d’État) en matière de politique de ressources humaines notamment. Ce réseau régional a aussi pour objectifs de favoriser une collecte régionale des données sexuées, de relayer l'information, de diffuser des outils et de décliner des axes plus opérationnels de réduction des inégalités entre les sexes.

Les référent.e.s égalité femmes-hommes des services de l’État sont par ailleurs réuni.e.s 2 fois par an à l’échelle régionale. Ils et elles bénéficient de temps de sensibilisation et de formations sur les politiques d’égalité et de partage d’expérience. Le déploiement en Bretagne des labels égalité professionnelle dans les services de l’État en région ou via les ministères, a permis de désigner des référent.e.s jusqu’à l’échelon local, couvrant ainsi les diverses strates du territoire. Pour compléter ce dispositif, un premier séminaire a eu lieu fin 2018 en direction des cadres des services de l’État en région, afin de les sensibiliser et mobiliser à la politique publique d’égalité femmes-hommes. Ces temps de formation seront poursuivis.

Les correspondant·e·s Egalité femmes-hommes du Conseil régional participent à la rédaction annuelle des 21 fiches dédiées aux domaines de compétences examinés au prisme de l’égalité femmes-hommes dans le Rapport d’activité et de développement durable (RADD).
Partage des informations, identification des freins, suivi des déclinaisons concrètes au sein des dispositifs, participation à des évènements extérieurs dédiés à l’égalité femmes-hommes… sont au menu de leurs deux réunions annuelles. Toutes et tous abonné·e·s aux articles et ressources dédiées de la presse quotidienne régionale, ils et elles veillent à être au plus près de l’actualité sur le sujet.
Désormais constitué·e·s en réseau interne, leur participation pour la première journée avec leurs directeurs et directrices en février 2019, à un parcours de formation dédié, illustre la volonté de la collectivité de consolider et d’élargir une approche véritablement intégrée et transversale de l’égalité femmes-hommes dans toutes ses politiques.  


Les actions réalisées dans le cadre de l’expérimentation « Territoire d’excellence pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes »

En 2012, la Bretagne et 8 autres Régions ont été désignées « Territoire d’excellence pour l’égalité professionnelle » par le Ministère des droits des femmes.
Ce dispositif expérimental poursuivait 3 objectifs : développer l’égalité femmes-hommes dans les entreprises ;  proposer la mixité des métiers et des filières ;  lutter contre l’éloignement de l’emploi des bénéficiaires du congé parental.

En Bretagne, cette expérimentation a donné lieu à la signature de 2 conventions.

  • une convention cadre État/Région « Territoires d’excellence pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes», proposant la mise en œuvre de 6 expérimentations pour notamment favoriser une meilleure appropriation par les entreprises bretonnes de l’égalité professionnelle, accompagner les licencié.e.s du groupe Doux, sensibiliser les professionnel.le.s de la recherche et de  l’enseignement supérieur...
  • une convention État/Ville de Rennes-Rennes Métropole pour développer l’égalité femmes-hommes dans les entreprises, la mixité des métiers et des filières, et pour lutter contre l’éloignement de l’emploi des bénéficiaires du congé parental.

Elle a notamment permis de lancer :

  • un cluster égalité pour les entreprises bretonnes animé par l’Aract Bretagne. Son objectif : accompagner des entreprises bretonnes volontaires à mettre en place des actions en faveur de l’égalité professionnelle (diagnostic des écarts de situation entre femmes et hommes au travail, préparation de l’accord égalité ou définition d'un plan d'action égalité professionnelle femmes-hommes);
  • une expérimentation bretonne pour favoriser le retour à l’emploi des bénéficiaires du congé parental. Achevée en juin 2014, elle a donné naissance à une convention nationale signée entre le ministère des Droits des femmes, Pôle emploi et la Caisse nationale des allocations familiales. Son objectif : permettre aux bénéficiaires du congé parental de bénéficier d’un accompagnement au retour à l’emploi avant la fin de leurs droits. Plus de 60 000 personnes pourraient en bénéficier sur la période 2014-2020 pour un budget total de 20 millions d’euros. (1).

 

Au total, les 9 Régions expérimentatrices ont réalisé 230 actions dans 7 400 entreprises. 170 000 personnes en ont bénéficié. Le dispositif a ensuite été généralisé à toute la France.


La convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif

La mise en œuvre des politiques d’égalité entre les filles et les garçons dans le système éducatif fait l’objet d’un conventionnement interministériel sur la période 2019-2024. Cette convention sera prochainement déclinée en Bretagne. La convention bretonne actuelle, 2014-2018, engage le système éducatif aux côtés des services de l’Etat et des collectivités suivantes : Conseil régional de Bretagne, Conseils départementaux des Côtes d’Armor, du Finistère, d’Ille-et-Vilaine, les villes de Brest, Lorient et Rennes.
Les trois axes de travail sont les suivants :

  • acquérir et transmettre une culture de l’égalité des sexes;
  • renforcer l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons;
  • s’engager pour une grande mixité des filières de formation et à tous les niveaux d’études.

La convention nationale 2019-2024 et la convention bretonne 2014-2018


L’information des Très petites entreprises

L’État et le Conseil régional de Bretagne ont créé le portail mon-entreprise.bzh pour informer les TPE et PME bretonnes sur l’accompagnement disponible pour les aider à recruter, à former leurs salarié.e.s… et sur la mise en œuvre de l’égalité professionnelle.

 Sources :

1 ) Comment favoriser le retour à l’emploi des femmes en congé parental ? Bilan d’une expérimentation menée en Bretagne. In AEF, dépêche 484517, 28/07/14
2) Rapport égalité femmes-hommes. Conseil régional de Bretagne, 2016.

La cartographie des acteurs et actrices breton.ne.s

Les acteurs et actrices breton.ne.s

De multiples structures et associations œuvrent en Bretagne pour promouvoir et diffuser une culture de l’égalité.
Cette carte heuristique, en répertoriant les structures et réseaux œuvrant en faveur de la diversification des choix professionnels et de l’égalité professionnelle tente de répondre à l’un des objectifs du CPRDFOP de valoriser les acteurs et actrices engagé.e.s sur ce sujet et au besoin des membres du Conseil pour l’égalité entre les femmes et les hommes (CpeG) de mieux connaître les points d’action égalité en Bretagne (actions, partenaires, ressources…).

Ces partenaires sont organisés selon différents thèmes d’intervention : travail/emploi, droit, monde économique, lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail, dialogue social, culture de l’égalité, formation et orientation/diversification des choix.
La carte répertorie également les institutions régionales et départementales bretonnes et les Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) mobilisés sur le sujet.

Cliquer sur la carte

*Aide à l’utilisation de la carte :

Pour chaque branche, il faut cliquer sur le « + » pour déplier les arborescences.

Certaines arborescences se déplient en sous-thèmes, d’autres, en niveaux géographiques (breton et départemental).

Dans tous les cas, les sites web des structures recensées sont indiqués (cliquer sur l'icône)

Cette carte est évolutive, elle sera régulièrement mise à jour.
N’hésitez pas à nous signaler toute information complémentaire ou modification : c.mesny@gref-bretagne.com

La formation, un outil au service de l'égalité

Garçons et filles n’ont pas les mêmes parcours scolaires et professionnels. Ils et elles se projettent différemment à l’école, dans les formations, dans les métiers, dans l’avenir.
Les inégalités entre filles et garçons dès l’enfance influencent l’orientation professionnelle et les perspectives d’emploi.
Les professionnel.le.s de l’éducation, de l’orientation, du conseil et de l’accompagnement jouent un rôle primordial pour ouvrir le champ des possibles. 
Ils et elles doivent donc être formé.e.s à la culture de l’égalité pour permettre à chacun.e de se réaliser et atteindre un tiers de métiers mixtes en 2025.

Constats sur la formation initiale et continue


Huit métiers concentrent les choix d’orientation des femmes

Si, en France comme en Bretagne, les filles ont de meilleurs résultats scolaires que les garçons , elles font des choix d’orientation restreints qui les concentrent sur 8 métiers (1 et 8 et 11).

Pourquoi ? Famille, école, société, processus d’orientation sont des fabriques sexuées où se diffusent des préjugés sexistes, conscients ou non. Ils engendrent des mécanismes d’auto-sélection et de censure qui conduisent les filles et les garçons à s’orienter vers des métiers dits traditionnellement de leur sexe (9, 10 et 11).
En 10 ans, la mixité des métiers n’a progressé que chez les plus qualifié.e.s, hors informatique et numérique. Moins rémunérateurs, les métiers exercés majoritairement par les femmes les exposent plus souvent au chômage (2,3 et 4, 8 et 11).

Les politiques publiques et de nombreuses initiatives du monde associatif et économique encouragent, dans les territoires, la mixité et visent à sensibiliser les filles aux filières et aux métiers à dominante masculine. Le Conseil d’orientation des politiques jeunesse (COJ) a émis 33 recommandations pour lutter contre l’orientation genrée et ouvrir le champ des possibles en termes d’orientation scolaire et professionnelle, tout comme Terra Nova.

En Bretagne, l’Onisep propose divers outils pour travailler la question auprès des jeunes et ouvrir le champ des possibles : La Mission académique pour l’égalité des chances entre les filles et les garçons est également engagée, tant auprès des scolaires que des professionnel.le.s de l’éducation.


L’inéquitable accès à la formation continue

Quelle que soit la taille de l’entreprise, les femmes accèdent moins que les hommes à la formation, notamment aux plans de formation et aux périodes de professionnalisation.
Des inégalités existent entre les femmes elles-mêmes, les femmes cadres se formant plus que les ouvrières.

Pourquoi ?

Comment se forment-elles ?
En activant le compte personnel de formation (CPF), le projet de transition professionnelle et la VAE, la formation a un rôle à jouer dans l’élargissement des choix professionnels pour la mixité des métiers.
Un accès plus égalitaire des personnes discriminées à l’emploi et à la formation, générerait un gain d’environ 150 milliards d’euros, dont 97 % reposeraient sur les femmes.
La formation des professionnel.le.s est donc primordiale. (2,3 et 5)

Les Breton.ne.s et la formation 

En 2020, les Bretons sont majoritaires dans les formations en apprentissage. Quand elles sont apprenties, les Bretonnes se positionnent plus sur des formations de niveau bac +3.

Source :
In Base Formation GREF Bretagne, 2021

En formation continue, les salariées et demandeuses d’emploi bretonnes privilégient des formations de niveau bac et plus, à la différence des hommes qui sont majoritaires sur le niveau CAP.

Source : 
In Base Formation GREF Bretagne, 2021

 


La formation des professionnel.le.s de l’éducation et de l’accompagnement professionnel


Les personnels de l'éducation, de la maternelle au supérieur

La formation des futur.e.s professionnel.le.s repose sur les Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE). Les personnels déjà en poste se forment via le Plan académique de formation.  

Dans l’enseignement supérieur, des chargé.e.s de mission égalité sensibilisent étudiant.e.s et collègues (personnels enseignant, administratif et de direction).

La communauté étudiante, enseignante et non-enseignante bénéficiera également, grâce au plan national 2021-2025, de formations pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur.

A lire :
Formation à l'égalité filles-garçons : Faire des personnels enseignants et d'éducation les moteurs de l'apprentissage et de l'expérience de l'égalité. BOUSQUET Danielle, VOUILLOT Françoise, et al. HCEFH, 2017.  


Les personnels de la formation continue et de l’orientation

L’ensemble des professionnel.le.s du service public de l’emploi et de la formation doit être formé à l’égalité professionnelle et à la lutte contre les stéréotypes sexués.
En effet, pour élaborer leur projet professionnel, les femmes activent, plus que les hommes, le CEP et le bilan de compétences (5,6).

En Bretagne, le Conseil régional forme les professionnel.le.s breton.ne.s d’IDÉO, et celles et ceux dispensant le Conseil en évolution professionnelle. L'ensemble des personnels des CFA, des centres de formation continue et des publics accueillis ont également la possibilité d'être formé.e.s à l’égalité via le dispositif MégalitE2.

Sources : 

1) La répartition des hommes et des femmes par métiers : Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans. In Dares Analyses, n° 79, 2013.
2) Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. Chiffres clés. Ministère chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.
3) Agir pour la mixité des métiers. LIEBUS Patrick. Conseil économique, social et environnemental, 2014.
4) L'égalité femmes-hommes au travail. Perspectives pour une égalité réelle. FALCOZ Christophe, MICHEL Bernard. Editions EMS, 2017.
5) Faire d’un système rénové de formation professionnelle un outil majeur d’égalité au travail entre les femmes et les hommesCSEP, 2018.
6) Note du conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes sur le bilan de la prise en compte de l’égalité dans la formation professionnelle. CSEP, 2018.

7) Mixité des métiers : une condition de l'égalité femmes-hommes. Terra Nova, 2021.

8) En bac pro, et après ?CLERY Jean-Marc, POREE Lydie. Ceser Bretagne, 2021

9 ) Filles et garçons sur le chemin de l’égalité, de l’école à l’enseignement supérieur. Ministère de l’Education nationale, 2022.

10)Chiffres clefs de l’égalité femmes-hommes en Bretagne. Préfecture de région Bretagne, Conseil régional de Bretagne, 2020

L'égalité au travail

En Bretagne comme sur l'ensemble de la France, la majorité des femmes actives travaille. Malgré un arsenal législatif, à temps de travail égal, elles perçoivent un salaire de 16,6 % inférieur aux hommes (la différence est de 15,5 %, en moyenne, en Bretagne).

Une différence « inexpliquée » de 4 à 10 % subsiste, preuve de l’existence de discriminations dites « pures » (1). Les entreprises devront les combattre et prendre, sous 3 ans et sous peine de sanctions financières, des mesures correctrices.

 

Les femmes subissent d’autres inégalités et discriminations professionnelles (temps partiel contraint, emplois non qualifiés ou déqualifiés, plafond de verre (3) tout au long de leur vie et contre lesquelles luttent des lois et des mesures gouvernementales. 

L’État forme avec les syndicats et les entreprises, le triptyque de la politique de l’égalité professionnelle au travail.


Les obligations légales

Inscrite dans la loi, notamment celle de 2014, l’égalité professionnelle est une obligation légale qui incombe aux employeurs, publics et privés.

Les obligations légales des entreprises

Si certains devoirs s’imposent à toutes les entreprises, d’autres varient selon l’effectif.

  • Les PME et des TPE de 50 salarié.e.s et plus négocient sur l’égalité pour aboutir à un accord égalité ou un plan d’action unilatéral déposé sur la plateforme TéléAccords, le service de dépôt des accords collectifs d’entreprise.Et en Bretagne ?
    En 2019, seules 35% des entreprises assujetties ont déposé un plan d’action et/ou signé un accord égalité. (3)

 En savoir plus :
La négociation en entreprise  
La négociation collective égalité professionnelle et qualité de vie au travail (EP-QVT), un guide de l’ANACT
Le Guide égalité à destination des TPE et PME
Pour les TPE bretonnes, la rubrique Egalité professionnelle du portail mon-entreprise.bzh
Eganum, le test de Perfégal pour diagnostiquer la situation des entreprises

  •  Les entreprises de 50 salariés et plus doivent publier, chaque année, pour le 1er mars, leur Index de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Il se compose, selon l’effectif de l’entreprise, de 4 ou 5 indicateurs. Son total est de 100 points.  Le bilan de l’index doit être communiqué à la DREETS via le site Index Egapro l’outil de calcul et de déclaration du ministère du Travail et au Comité social et économique (CSE) de l’entreprise.
    En cas d’Index inférieur à 75 points, des mesures correctives doivent être prises pour atteindre au moins ce seuil dans un délai de 3 ans. Ces mesures annuelles ou pluriannuelles, doivent être définies dans le cadre de la négociation obligatoire sur l’égalité professionnelle, ou, à défaut d’accord, par décision unilatérale de l’employeur et après consultation du CSE. En cas de non-publication de l’Index, de non mise en œuvre de mesures correctives ou d’inefficience de celles-ci, l’entreprise s’expose à une pénalité financière pouvant aller jusqu’à 1% de sa masse salariale annuelle.
    Cette obligation est effective depuis le 1er mars 2019 pour les entreprises d’au moins 1000 salariés; depuis le 1er septembre pour celles d’au moins 250 salariés et rentrera en vigueur pour le 1er mars 2020 pour celles d’au moins 50 salariés.
    Calcul des indicateurs, définition des mesures adéquates et pertinentes de correction : les entreprises peuvent, à leur demande, être accompagnées par les référents « Egalité salariale femmes-hommes » présents au sein des Dreets (Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités).
  • Pour quel bilan ? En 2020, les deux tiers des 40 000 entreprises françaises de plus de 50 salariés ont publié leur Index (59% en 2019). La note moyenne est de 85 sur 100. Seules 2 % des entreprises ont obtenu le score maximum. 53 entreprises de 250 à 1 000 salariés s’exposent à des sanctions car elles ont obtenu moins de 75 points et ce, pour la troisième année consécutive.
  • Et en Bretagne ? En 2019, toutes les entreprises bretonnes de plus de 1 000 salariés ont publié leur Index ainsi que 70 % des plus de 250 salariés. (3)

En cas de non-respect de ces 2 obligations, elles sont exclues des marchés publics et s’exposent à des pénalités financières.

En savoir plus :
Les outils du ministère du Travail pour réaliser l’index de l’égalité professionnelle
A noter, le ministère du Travail propose, aux PME, une formation en ligne pour apprendre à calculer leur index de l’égalité professionnelle
Toute la veille d’actualité du GREF Bretagne sur l’Index de l’égalité

Les obligations légales des 3 fonctions publiques

L’État, employeur de la fonction publique d’État, territoriale ou hospitalière doit, depuis la loi de 2012, produire un rapport annuel sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique.

Diverses mesures ont, depuis, été prises en faveur de l’égalité femmes-hommes dans la fonction publique : signature, en 2013, d’un premier accord, complété par les lois de 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes , de 2016 et de 2018. Fin 2018, un nouvel accord  pour promouvoir l’égalité Femmes-Hommes dans la fonction publique a été signé.

Plusieurs mesures en découlent, notamment la mise en place de référents égalité au sein de l’État et de ses établissements publics, un référentiel de formation à l’égalité professionnelle et à la lutte contre les stéréotypes de genre et les discriminations dans la fonction publique, mais aussi une charte de fonctionnement des dispositifs de signalement et de traitement des situations de violences sexuelles, de discrimination, de harcèlement sexuel ou moral et d’agissements sexistes.

Depuis le décret du 4 mai 2020, les ministères et leurs établissements publics, les collectivités territoriales et leurs EPCI de plus de 20 000 habitant.e.s, et tous les établissements publics de la fonction publique hospitalière doivent élaborer et mettre en œuvre un plan d’actions relatif à l’égalité professionnelle dans la fonction publique. Il doit être présenté, au plus tard, avant le 1er mars de l'année suivant le terme du précédent plan :

  • Au ministre chargé de la fonction publique pour les départements ministériels et les institutions et autorités mentionnées dans le décret ;
  • Aux ministres de tutelle pour les établissements publics administratifs de l’État ;
  • Aux préfets pour les collectivités territoriales et leurs établissements publics de coopération intercommunale de plus de 20 000 habitant.e.s ;
  • Aux directeurs généraux des agences régionales de santé pour les établissements publics

Pour le construire, les structures concernées peuvent s’appuyer sur un référentiel  et une fiche méthodologique élaborés par la DGAFP.

En savoir plus :
La page Égalité professionnelle du Portail de la Fonction publique
Les actions de l’Etat employeur pour assurer, en Bretagne, l’égalité entre les femmes et les hommes, sur le site de la Préfecture de région Bretagne

Et dans les collectivités territoriales ?

L’article 61 de la loi du 4 août 2014 oblige les collectivités de plus de 20 000 habitant.e.s à publier un rapport annuel sur l’égalité entre les femmes et les hommes en leur sein et sur leur territoire. Pour mettre en œuvre la politique de l’égalité en leur sein et sur leur territoire, elles s’appuieront sur les guides du Centre Hubertine Auclert, du CNFPT, sur le décret de 2015 et sur la circulaire interministérielle de 2017.

Elles pourront utiliser l’outil « Comparateur des territoires » du Compas pour mesurer les inégalités existantes entre leurs habitant.e.s ou les indicateurs du site de l’Observatoire des territoires.

Elles doivent également élaborer et mettre en œuvre, depuis le 4 mai 2020, un plan d’actions en faveur de l’égalité professionnelle femmes-hommes.

A lire :
Réaliser un rapport sur la situation en matière d’égalité femmes-hommes : Guide pratique pour accompagner les collectivités territoriales. Centre Hubertine Auclert, 2016
La budgétisation sensible au genre - Guide pratique. Centre Hubertine Auclert, 2015.
Pour convaincre du bien-fondé des politiques locales d'égalité femmes-hommes. Centre Hubertine Auclert, 2015.
Planifier, conduire et évaluer une Politique locale d’égalité femmes-hommes. Centre Hubertine Auclert, 2014
 


La lutte contre les violences sexistes et sexuelles

Au cours de sa vie professionnelle, 1 femme sur 5 est confrontée à une situation de harcèlement sexuel/sexiste qui impacte confiance, équilibre personnel, bien-être et performances au travail.
L’État a lancé, en 2016 un plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme, renforcé en 2018 par 5 mesures sur le sujet. Retrouvez les actions du Gouvernement pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes

Outre la loi, les entreprises et administrations peuvent s’appuyer sur les démarches RSE, les chartes éthiques, le règlement intérieur, le conseil social et économique, la médecine du travail…(2), sur le guide « Harcèlement sexuel et agissements sexistes au travail : prévenir, agir, sanctionner » du ministère du Travail, sur celui du Medef et sur le kit réalisé par le centre Hubertine Auclert.


Le harcèlement sexuel

Défini par la loi de 2012, le harcèlement sexuel est réprimé par le code pénal. Les employeurs doivent s’emparer du sujet : 8% des agressions sexuelles et 25 % des gestes déplacés sont subis sur le lieu de travail ou d’études. Les victimes et les témoins s’informeront auprès du Défenseur des droits sur les démarches et procédures.

En savoir plus : arretonslesviolences.gouv.fr


Les violences sexistes 

Punis et sanctionnés par l’employeur, les agissements sexistes doivent être, depuis la loi travail inscrits à la liste des risques professionnels et leur prévention planifiée.

L’employeur pourra s’appuyer sur le kit du CSEP pour lutter contre le sexisme « ordinaire ».


Chartes, labels, communication… des leviers pour l’égalité

La communication, la formation, l’adhésion à des chartes, labels ou réseaux sont d’autres formes d’engagements pour l’égalité. Outre leurs obligations légales, les employeurs privés et publics doivent déjà commencer par lutter contre les stéréotypes, comme les y incite le guide sur l’égalité professionnelle à destination des TPE-PME. Le guide du HCEFH les aidera à communiquer sans stéréotype de sexe. Les collectivités territoriales pourront s’appuyer sur le guide pour une communication publique pour toutes et tous du Conseil régional de Bretagne qui propose des règles pour articuler les exigences liées au handicap, à la pratique des langues bretonnes et à l’égalité femmes-hommes.

Si les employeur.euse.s décident de se former avant d’aborder une démarche de sensibilisation à l’égalité, le guide "La roue de la formation" du CSEP les aidera à rédiger le cahier des charges et à choisir le prestataire.  

 

Les chartes, labels

Les labels

Les chartes

Le label diversité de l’Afnor

L’Afnor propose également une double labellisation Diversité/Egalité professionnelle

La charte de la diversité en entreprise 

Le label européen GEEIS

 

Pour les collectivités : la charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale de l’association française des communes, des conseils et régions d’Europe (AFCCRE) 

Le label Egalité professionnelle de l’Afnor
L’Afnor propose également une double labellisation Diversité/Egalité professionnelle

La charte de la parentalité de l’Observatoire de l’équilibre des temps et de la parentalité en entreprise 

 

Les réseaux

Les réseaux permettent de valoriser, partager, diffuser et s’inspirer de bonnes pratiques.

Au national :

En Bretagne :

Le Conseil pour l’égalité entre les femmes et les hommes

Les entreprises et acteurs souhaitant se mobiliser pour l’égalité professionnelle pourront s’inspirer de démarches relayées dans la Base d’initiatives du GREF Bretagne. Les acteurs pourront également y valoriser leur engagement et leurs actions.

Sources :

1) Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. Chiffres clés. Secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes, 2017.  

2) L’égalité femmes-hommes au travail : perspectives pour une égalité réelle. Falcoz Christophe. Editions EMS, 2017.

3) Chiffres clefs de l’égalité femmes-hommes en Bretagne. Préfecture de région Bretagne, Conseil régional de Bretagne, 2020

 

Dynamiser l'entrepreneuriat des femmes

Encourager l’entrepreneuriat des femmes, c’est d’abord répondre à l’enjeu de l’égalité entre les femmes et les hommes en offrant à toutes et à tous des moyens de se projeter, de s’investir et de se réaliser dans la création ou la reprise d’entreprises.

Les femmes et la création d’entreprise

En 2020, en France, 39 % des entreprises individuelles ont été créées par des femmes (1). Une proportion quasi stable depuis 2015, alors qu’elle augmentait progressivement depuis 30 ans (29 % en 1987 et 33 % en 2000) (1)

27,2 % de dirigeants d’entreprise et 41,9 % de micro-entrepreneur sont, en 2017, des femmes (2).

Qui sont ces femmes entrepreneures ? En France, comme en Bretagne, elles sont diplômées de l’enseignement supérieur. Elles créent majoritairement dans le conseil/soutien aux entreprises, les services aux ménages, le commerce et le secteur de l'enseignement, du social et de la santé. Mais, en 2019, 10% des entreprises innovantes et de la Tech étaient créées et gérées par des femmes.

Leur projet entrepreneurial est motivé par des désirs d’indépendance, de liberté, la nécessité économique de créer son propre emploi, l’envie d’entreprendre, de mieux articuler vie professionnelle et familiale (3, 4, 5 et 6).


Les freins à la création

Les entrepreneures doivent lever plusieurs freins pour créer leur entreprise :

- L’accès aux financements leur est compliqué. Les banques leur accordent moins - voire les renvoient vers des structures de micro-crédit - et elles empruntent moins que les hommes.
Par ailleurs, les femmes font face à un taux de refus de financement qui est le double de celui des hommes (7).
Cette inégalité de traitement est rencontrée avec encore plus d’acuité par les créatrices de start-up, et notamment celles de la Tech.
Faut-il en déduire qu’il existe une discrimination sexuée à l’accès aux financements ? Selon la Fédération Pionnières, moins de 10 % des projets portés par des femmes seraient soutenus par les banques.

- Elles doivent combattre l'auto-censure, résultat de freins sociaux et psychologiques. Elles douteraient plus que les hommes de leurs capacités à conduire un projet (8).

- Les problématiques d’articulation vie familiale-vie professionnelle, le manque de réseaux et de soutien, le lieu de vie (zone rurale ou quartier prioritaire) peuvent constituer des freins supplémentaires (5 et 6).

 

En savoir plus:
Les alternatives aux financements bancaires, sur le site du ministère de l’Économie.
Les 7 vraies ou fausses vérités sur l’entrepreneuriat féminin. In Chefdentreprise.com, 29/11/17.


Développer l’entrepreneuriat

Le plan d'action de soutien à la création d'entreprise

Il s’articule autour de 3 axes : sensibiliser et informer les créatrices d’entreprises, accompagner les nouvelles cheffes d’entreprises, et améliorer l’accès des nouvelles entrepreneures au financement. Ses objectifs : parvenir à atteindre l’objectif, fixé en 2013, de 40 % de femmes créatrices d’entreprises et favoriser l’arrivée d’entrepreneures dans la Tech et les secteurs dits traditionnellement masculins.

En savoir plus :
Sur le site du ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes
La place des femmes dans le paysage de la création d’entreprise

Dans le cadre de ce plan, 14 réseaux, spécifiques et généralistes, se sont engagés sur un socle commun de 7 actions pour améliorer l’accompagnement des créatrices d’entreprises, notamment celles des quartiers prioritaires et des zones rurales (5 et 6).

Déclinant régionalement le plan national 2017-2020, la Bretagne poursuit l’objectif de 40 % de créatrices d’entreprises. Cet objectif est également intégré au CPRDFOP breton.

Le plan d’action breton s’articule autour de 6 priorités :

  • Financer son projet et accéder au crédit bancaire
  • Sensibiliser et former à l’égalité femmes-hommes
  • Travailler sur l’environnement de la créatrice
  • Expérimenter un « statut de la créatrice »
  • Observer les données liées à la création d’entreprises par les femmes
  • Communiquer selon les principes de l’égalité femmes-hommes.

En savoir plus, sur le site de la Préfecture de région Bretagne


Les actions de sensibilisation

Pour donner envie d’entreprendre aux jeunes et ce, dès le plus jeune âge, la Semaine de sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat féminin est dispensée auprès des collégien.ne.s de 4e et de 3e, des lycéen.ne.s et des étudiant.e.s.

Dans l’enseignement supérieur, le statut d’étudiant.e-entrepreneur.euse a vu le jour en 2014. Si le nombre d’étudiantes bénéficiaires progresse chaque année, il est plutôt choisi par les hommes (70 %).

Les coopératives jeunesses de services sont aussi d’autres expériences d’entrepreneuriat juvénile.


Les aides financières

En France

La Garantie EGALITE Femmes (ex-FGIF) est le seul dispositif national dédié aux femmes. Financé par l’État, elle facilite l’accès bancaire des entrepreneures au chômage ou en situation de précarité.

En Bretagne

Le Conseil régional de Bretagne aide tous les porteurs et porteuses de projets (création/reprise). Prêt sur l’honneur, prêts auprès de Bpifrance, fonds BRIT pour aider à la reprise d’entreprise… Le soutien se poursuit tout au long de la vie de l’entreprise (innovation, développement, export…).

Consulter le site Financer son entreprise en Bretagne


Des réseaux et des programmes d’accompagnement

 

Cartographie des partenaires bretons du PAR

Cette carte répertorie aux niveaux régional et départemental, les structures signataires du Plan Régional d'actions de promotion de l'entrepreneuriat des femmes en Bretagne (PAR). Le site web et les prestations de chaque structure ou réseau sont indiqués. Les partenaires sont classés par code couleur : orange pour les institutions, vert pour les associations.  

Cliquer sur la carte

* Aide à la lecture de la carte :

    Il faut cliquer sur le « + » pour déplier les arborescences.
    Une fois la branche dépliée, vous trouverez le nom de la structure, sa présence géographique, son site web (en cliquant sur l'icône) et ses prestations (indiquées dans le carré à gauche ou à droite de chaque branche).


Les réseaux et programmes au national

Les structures d’accompagnement

Retrouvez sur le site de BPIFrance les réseaux d'accueil et d'accompagnement des femmes qui entreprennent.

Le site liste par ailleurs les aides à la création/reprise d'entreprise en zone rurale ou quartiers prioritaires.

Dans le numérique, la fondation Margaret et la fondation Femmes@numérique promeuvent la place des femmes dans les filières Tech et informatique.


Exemples de programmes d’accompagnement

Le programme BoostElles propose des accompagnements individuels ou collectifs aux porteuses de projets.

La plateforme elearning Ma Boîte lancée par Force Femmes.

 

Sources :

1) Un nouveau record de créations d’entreprises en 2020 malgré la crise sanitaire. Insee Première, n° 1837, 03/02/21

2) Ministère chargé de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances. 2021 

3) Entrepreneuriat féminin : près d’un tiers des créations d’entreprises, avec autant de chances de réussite que les hommes. In Insee Analyses Bretagne, n°54, 2017.

5) Femmes et ruralités : en finir avec les zones blanches de l’égalité. Sénat, 2021.

6) Les profils des femmes entrepreneures dans les quartiers. In Lelab.bpifrance.fr

7) Infographie - Quand le financement freine l'entrepreneuriat des femmes. Prismes, 2021

8) Les entrepreneures ralenties par la crise et des freins systémiques. In Les Echos Entrepreneurs, 2021

 

La boite à outils

Des outils de veille

Veiller sur l’actualité

Nos deux lettres d’information

La Revue de presse compile l'information parue dans la presse quotidienne, nationale et régionale, traitant de la formation professionnelle, de l'insertion et de l'emploi (info par mail – bimensuelle).

Le Fil d'info relaie les dernières actualités, les derniers rapports et études parus, pointe les sites web intéressants et signale également les manifestations professionnelles et grand public sur la formation professionnelle et l'emploi (info par mail – bimensuelle).

S’abonner gratuitement

 

Le tag « égalité professionnelle »

Vous souhaitez vous concentrer sur l’actualité liée à l’égalité professionnelle ? Consultez notre tag dédié ou abonnez-vous à son flux RSS pour recevoir instantanément les informations repérées par le Centre de veille et de ressources du GREF Bretagne.

 

Veiller sur les bonnes pratiques

Actrices et acteurs de l’égalité, abonnez-vous au flux de la Base d’initiatives pour être rapidement informé.e.s de nouvelles actions.


L’annuaire des relais institutionnels bretons 

Cet annuaire vous fournit les coordonnées de la DRDFE en Région et dans les départements, des chargé.e.s de mission égalité du Rectorat, de la Draaf, de la Direccte, de la Drac, de la Drjscs, de la Dreal et du Conseil régional de Bretagne.

Consulter l’annuaire


Le glossaire de l’égalité

Ce glossaire vous présente les concepts-clés de l’égalité professionnelle et de l’égalité entre les sexes.

Consulter le glossaire


Les dates clés de l’égalité

Cette chronologie retrace les avancées majeures pour les femmes en termes d’éducation, d’accès à la vie professionnelle, de lutte contre les inégalités professionnelles…

Consulter la chronologie


Quelques sites web incontournables

Sélection de sites web bretons, français et européens.

Consulter la sitographie


GREF Bretagne - février 2019 - MAJ Juillet 2022
Directrice de la publication : Magalie Bibard
Responsable de publication : Florence Barbin
Information et Rédaction : Céline Mesny, Martine Agatensi-Manach, Ahez Le Meur, directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité, et Frédérique Pondemer, cheffe du Pôle égalité des droits et innovation sociale au Conseil régional de Bretagne

La négociation collective égalité professionnelle et qualité de vie au travail (EP-QVT), un guide de l’ANACT [CM1] 

 [CM1]Rajouter cette ressource + lien caché : https://www.anact.fr/la-negociation-collective-egalite-professionnelle-et-qualite-de-vie-au-travail-ep-qvt