Publics éloignés : comment susciter l'engagement en formation ?

Web conférence du 11 janvier 2021
Les Replay
En ligne

Une web conférence proposée dans le cadre des Rendez-vous du Pacte régional d’investissement dans les compétences.

Dans un contexte économique et social incertain, dans un monde qui évolue et se transforme très vite, on constate des difficultés pour les publics à s’engager en formation.Lors de cette conférence, Agnès HEIDET nous apporte son regard sur les questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui pousse les publics, quels que soient leurs caractéristiques, à s’engager en formation ?
  • Comment expliquer les difficultés de mobilisation dans notre société, aujourd’hui ?
  • Comment proposer des formations qui répondent à ces enjeux ?

Retrouvez ci-dessous les différents chapitres de la conférence :


Ouverture par Olivier GAUDIN, directeur de la direction de l’emploi et de la formation tout au long de la vie, Région Bretagne.


Sur quoi se fonde l’engagement aujourd‘hui ? qu’est-ce qui pousse les publics à s’engager ?

Agnès HEIDET aborde ici les questions suivantes :

  • Notre société actuelle, caractérisée par une grande incertitude, le développement de la défiance, un rapport au temps qui est celui de l’immédiateté, est peu propice à l’engagement.
  • L’engagement, passage de l’intention à l’acte, nécessite « d’y mettre de soi », de se mobiliser, d’agir.
  • Ce qui va déclencher l’engagement aujourd’hui, c’est de se rapprocher d’une vision plus subjective, de donner du sens et de questionner les mobiles de la personne (ce que j’ai à y gagner).


Comment faire en sorte que la formation soit adaptée aux publics, en phase avec leurs besoins et leurs usages ? faut-il adapter les modalités ? les contenus ? les postures ?

La formation génère de moins en moins d’appétence. Plusieurs pistes sont évoquées par Agnès HEIDET pour faire évoluer notre système de formation : développer l’apprenance, rendre les formations plus accessibles, développer « l’inédit » en formation, scénariser les formations, rendre les publics plus acteurs de leur formation … tout cela interroge bien sûr le rôle et la posture du formateur.


Les retours d’expérience

« Le bus », porté par l’Amisep et Relais jeunes 56 : « Qu’est-ce ce qui se joue quand on va à la rencontre des publics ? »

Un projet de bus itinérant pour aller à la rencontre des publics, financé dans le cadre d’un appel à projet du Plan d’investissement dans les compétences sur le repérage des invisibles, avec un co-financement de la Région Bretagne.

« PREPA Phone Repair » porté par PRISME « Qu’est-ce ce qui se joue pour les publics à l’entrée en formation, lorsqu’on leur fait vivre une expérience concrète ? »

Un projet qui permet d’accompagner des jeunes de 15 à 25 ans, dans leur parcours de définition d’un projet professionnel, en leur faisant vivre une activité support : la réparation de smartphone et de tablettes. Projet financé dans le cadre du dispositif de la Région Bretagne « PREPA avenir jeunes » et mis en place avec la smartphone académy.


Et retrouvez les éclairages des différents intervenants dans le replay intégral de la conférence !
  • Pourquoi s’engage-t-on plus lorsque l’action est réversible ? L’intérêt personnel déclenche -t-il l’engagement ?
  • Est-ce qu’on s’engage plus à un certain âge ? Quel est le rôle des paires dans l’engagement ?
  • Quel apport du collectif dans l’engagement des publics ?
  • Qu’est-ce que l’apprenance ? en quoi est-ce un enjeu demain ?
  • Quelle est la vision de l’entreprise sur cette notion d’engagement ? les softs skills deviennent-elles un critère majeur ?
  • Peut-on toujours se fier à la recommandation des pairs ?


En savoir plus :
Deux articles d’Agnès HEIDET sur le même sujet :
S’engager : y’a qu’à, faut qu’on ?
Invisibles : les repérer… ou les écouter ?