Travailleur saisonnier. Faciliter l'accès au logement pour recruter plus facilement sur la Côte d'Émeraude

Confrontée à une pénurie de logements et de travailleurs saisonniers, l'Umih Côte d’Émeraude a innové cet été en leur proposant, en partenariat avec le Conseil régional de Bretagne, l’Éducation nationale et la ville de Dinard, une solution inédite : un logement dans un internat à Dinard. Bilan de cette expérimentation qui pourrait faire des émules.

Cette solution a bénéficié à 21 saisonniers, âgés de 18 à 60 ans, qui "ne seraient venu travailler dans nos établissements sans cette possibilité", assure Anthony Rambaud, président de l'Umih. Mais elle devra être étendue à au moins une quarantaine de places pour que les coûts de fonctionnement soient amortis.

L'accès au logement est au cœur des préoccupations des acteurs économiques du territoire. Un lycée malouin réfléchit à mettre à disposition son internat l'été. Des communes littorales, comme Dinard, envisagent de créer des équipements pour les saisonniers, "avec un modèle économique plus facile à équilibrer que l’internat". D'autres rénovent d'anciens bâtiments pour y aménager des logements saisonniers, etc. Car l'enjeu est important : selon l'Umih, près de 300 offres d'emploi n'auraient pas été pourvues, cet été, sur la Côte d’Émeraude.

Source

Ouest-France, éd. Ille-et-Vilaine, 16/11/22