Territoires d'industrie. Vers un renforcement des aides pour soutenir les entreprises locales

Sur les 148 bassins d'emplois labellisés l'an dernier "Territoires d'industrie", "60 sont particulièrement impactés par la crise", précise Guillaume Basset, en charge du dispositif au ministère de l'Economie. Le label "Territoires d'industrie", qui vise à soutenir des actions en faveur du recrutement, de l'innovation, du foncier et de la transition écologique va donc être renforcé pour soutenir les PME-ETI en difficulté.

Les risques sont importants : perte de capital humain du fait du gel des recrutements, risque de désinvestissement dans l'outil productif, détaille Guillaume Basset. D'autant plus que le label est accordé aux territoires bénéficiant le moins, par manque de connaissance ou d'accompagnement, des dispositifs nationaux. De plus, la crise sanitaire a fragilisé certaines situations locales. Les zones industrielles peu spécialisées risquent notamment d'être les plus vulnérables puisqu'elles ne bénéficieront pas des plans sectoriels de l’aéronautique ou de l'automobile.

Le Gouvernement prépare donc, pour cet été, un "Pack Rebond", composé de fiches pratiques et de mesures d'aides. Chaque territoire labellisé sera doté d'un binôme (1 industriel et 1 élu) qui pilotera le plan d'action validé par le Conseil régional concerné. A ce jour, 89 plans d'action, qui doivent lever les freins au développement des entreprises industrielles locales, sont recensés.

Territoires d'industrie ce sont 557 projets identifiés pour une enveloppe de 458 millions d'euros de crédit engagés par BPIfrance, Pôle emploi, la Caisse des dépôts, le Programme d'investissement d'avenir...). Actuellement, 150 actions sont en cours : la moitié sont des nouveaux projets, les autres "étaient dans les tuyaux mais n'avançaient pas", selon Guillaume Basset. Des moyens financiers supplémentaires pourraient venir : le Gouvernement a annoncé rajouter 1 milliard d'euros supplémentaires à la Dotation de soutien à l'investissement local (DSIL). 

Source

Les Echos, 15/06/20