Saint-Brieuc (22). Menace sur les emplois d'Hutchinson ?

Spécialisée dans la transformation du caoutchouc, Hutchinson, filiale de Total, envisagerait, suite à la crise sanitaire et économique du Covid et à son impact sur les filières automobile et aéronautique, de supprimer 3 000 emplois dans le monde, dont 800 à 1 000 en France. Il n'est pas, pour l'instant, question de fermeture d'usines en France mais d'un plan de départs volontaires ou d'une rupture conventionnelle collective, notamment pour les salariés les plus proches de la retraite (plus de 57 ans et demi).

Le groupe, qui emploie au total 40 000 personnes sur 89 sites de production dans le monde, compte 55 implantations européennes, dont une à Saint-Brieuc, sur l'ex-site du Joint Français.

Il a déjà mis fin, depuis le début de la crise, à 6 000 contrats d'intérim ou CDD dans le monde.

Les syndicats français reprochent à Total de ne pas avoir activé, en France, le chômage partiel, afin de "pouvoir continuer à verser des dividendes à ses actionnaires".

Source

Le Télégramme, Les Echos, Ouest-France, 06-07-08/06/20