Prison. Le CGLPL examine les conditions de travail du personnel pénitentiaire

Dans un rapport, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) étudie les conditions de travail des personnels pénitentiaires (surveillants, policiers, personnels soignants). Il rappelle que des personnels en nombre suffisant, bien formés, bien encadrés et bien traités sont une condition nécessaire pour que les détenus soient bien traités en prison et les malades respectés lorsqu'ils sont enfermés dans les unités psychiatriques.

Il met en lumière les injonctions apparemment contradictoires que subissent ces personnels : surveiller des personnes privées de liberté, les contraindre à respecter les règles de l'enfermement tout en mettant en oeuvre toutes les mesures nécessaires au respect de leurs droits.

Les auteurs du rapport mettent en avant le fait que bon nombre de surveillants pénitentiaires exercent ce métier par défaut, situation qui peut engendrer des situations de violence ou d'humiliation sur les détenus. Leurs effectifs souffrent également d'instabilité, ce qui constitue un frein à l'instauration de bonnes pratiques sur la durée, indépendamment de la qualité de la formation des personnels. Face à ces risques de dérive, le rapport s'alarme de la faiblesse de la réaction de l'encadrement et formule une trentaine de recommandations.

Source

Le Monde, 28/06/17