Mission locale. Des permanences estivales sur le pays de Saint-Brieuc

Malgré le déconfinement, la Mission locale de Saint-Brieuc craint de perdre durablement le contact avec certains jeunes bénéficiaires, notamment ceux des quartiers prioritaires. Pourquoi ? Même si, pendant le confinement, le lien (SMS, visio...) a été ténu mais conservé, certains jeunes, même déconfinés, sont devenus plus difficilement atteignables. Mais, positive Sébastien Houée, conseiller, "cette problématique n'est pas nouvelle : il ne faut pas les attendre mais aller vers eux". Les associations de quartiers jouent parfaitement ce rôle.

Pour garder le contact, la structure a donc décidé d'ouvrir des permanences cet été au siège briochin, à Lamballe, à Plaintel, Quintin et Ploeuc. Par contre, les autres antennes de la Mission locale du pays de Saint-Brieuc ne peuvent maintenir de permanences par l'impossibilité du respect des gestes barrières.

Si les jeunes accompagnés sollicitent des entretiens auprès des conseillers et cherchent du travail, Patricia Rousseau, la directrice ressent "encore plus de fatalisme" de leur part. "Psychologiquement, le confinement a été difficile pour les jeunes", ajoute-t-elle. Et l'inquiétude de septembre demeure. La reprise sera-t-elle là, avec des offres d'emplois ? Si les entreprises se montrent intéressées par l'apprentissage et l'alternance, elles sont dans une posture attentiste. Septembre sera, pour Patricia Rousseau, "le révélateur des conséquences du confinement", notamment en termes de décrochage scolaire et d'apprentissage.

Pendant le confinement, 54 nouveaux jeunes se sont inscrits à la Mission locale contre 229 sur la même période l'an passé. 39 offres d'emploi, majoritairement dans la grande distribution, ont été pourvues contre 82 en 2019.

Source

Le Télégramme, éd. Saint-Brieuc, 06/07/20