Maraîchage. Vers un plan de soutien pour les producteurs de fraise finistériens ?

Plougastel-Daoulas compte une quarantaine de producteurs de fraise, dont la moitié travaille pour Savéol. La saison vient de débuter : les maraîchers de Savéol devraient récoler 170 tonnes cette semaine et 200 la semaine d'après, indique Jean-Jacques Le Gall, producteur et responsable de la filière chez Savéol. Mais comment écouler la production alors que les grossistes, les restaurants et les cantines sont fermées ?

Si 4 tonnes ont été distribuées gratuitement, notamment au personnel soignant des hôpitaux brestois, une vingtaine de tonnes n'a pas échappé à la destruction.

Les grandes surfaces ont pris conscience de la situation et privilégient ce produit français sur leurs étals. Mais l'hiver ayant été doux, les fraises finistériennes sont en avance et se retrouvent concurrencées par la fraise du Sud de la France, habituellement plus précoces. Du coup, les fraises finistériennes se vendent à perte, à 4 ou 5 euros du kilo contre 8 ou 10 habituellement. Et la saison ne dure que 8 semaines, précise le producteur.

Face aux enjeux économiques locaux, Dominique Cap, maire de la commune, a rencontré le Préfet pour solliciter, en lien avec le Conseil régional de Bretagne, un plan de soutien.

Qu'en est-il des maraîchers indépendants non affiliés à la grande distribution ? Ils écoulent leur production sur les marchés. Mais ces derniers fermant les uns après les autres, ils investissent les réseaux sociaux pour proposer de la vente directe.

Quant aux maraîchers bio, leurs fruits ne sont pas encore mûrs. Ils espèrent donc réaliser leur première cueillette dans 1 mois.

Source

Le Télégramme, 27/03/20