Les grands groupes ébranlés par le Covid

Les grandes multinationales sont malmenées par la crise économique actuelle. Elles n'espèrent pas de reprise ou de retour à l'avant Covid avant 2023. En attendant, les plans d'économie et de restructuration fleurissent.

Total, après négociation avec les syndicats, proposera un plan de départ anticipé à ses salariés en fin de carrière. Plus de 700 postes sont concernés. Le groupe confirme également "l'arrêt conjoncturel" de la raffinerie de Donges (44), qui reprendra sa production dans un contexte plus favorable. Cette décision impacte 650 emplois directs et 400 en sous-traitance.

Danone (Evian, Vittel, Activia, Blédina...) a communiqué sur un plan d'économie de 1 milliard d'ici 2023, dont 700 millions de dépenses sur les frais généraux et l'administration. 2 000 postes sont sur la sellette, dont 400 à 500 en France.

Renault vient d'acter un accord de "transformation des compétences" portant sur la suppression de 2 500 postes en France dans l'ingénierie et les fonctions tertiaires, via des départs volontaires ou d'autres dits "naturels". A l'international, 15 000 emplois seront supprimés dans les mois à venir.

D'autres entreprises annoncent des restructurations : Disney, IBM, Schlumberger (200 emplois en France), Général Electric (300 postes dans l'Hexagone), ...

Source

Le Télégramme, 20-26/11/20 ; Les Echos, 23-26/11/20 ; Ouest-France, 23-27/11/20 ; Le Monde, 24/11/20