Jeunes. L'Etat au secours de toute une génération : les nouvelles mesures

Pauvreté, décrochage scolaire et universitaire, mal-être... "les jeunes vont payer l’addition en matière d’emplois et de revenus" prédit l'Observatoire des inégalités pour qui "la moitié des pauvres ont moins de trente ans". Le Gouvernement met en place une série de mesures d'urgence pour les soutenir.

- La Garantie jeunes sera attribuée à 200 000 bénéficiaires, soit un doublement des objectifs pour ce dispositif (allocation mensuelle de 484 euros par mois max et accompagnement renforcé par les missions locales).

- Dans les universités, le dispositif "jobs étudiants" monte en puissance : 20 000 emplois seront créés, contre 1 600 initialement, pour aider les décrocheurs pendant leurs deux premières années d'étude. Financés par les universités pour un coût de 50 M€, les contrats, établis pour une période de 4 mois (de décembre à mars), engagent sur une implication d'une dizaine d'heures par semaine. Le tuteur sera un pair d'un niveau équivalent d'étude mais étant en 3è année de licence minimum.

- Des aides d'urgence, distribuées par les Crous, seront débloquées rapidement pour secourir 45 000 jeunes (coût de cette mesure : 56 M€), notamment la nourriture et le logement.

- Pour ceux, à la recherche d'emploi ou en formation, Jean Castex, le premier Ministre a promis jusqu'à 500 euros par mois. Cette mesure concerne les jeunes diplômés sans ressources.

- Une autre mesure qui touche toutes les catégories d'âge : les travailleurs précaires qui alternent contrat court et période de chômage (extras, saisonniers...), pourront touchés 900 euros mensuels sur les 4 prochains mois. L'Etat estime que 70 000 jeunes pourraient en profiter.

Source

Le Monde, 26/11/20 ; Les Echos, Ouest-France, 26-27/11/20