Inégalités. L'état de santé des français, marqueur des inégalités sociales

En partenariat avec Santé Publique France, la Drees vient de publier "L'Etat de santé de la population en France". Si l'état de santé des français est globalement bon par rapport à nos voisins européens de richesse similaire, les inégalités sociales (cadre/non-cadre, en emploi/au chômage...) engendrent des inégalités de santé "qui se sont aggravées au cours des dernières décennies", indiquent les auteurs.

Ainsi, l'espérance de vie d'un cadre à 35 ans sera plus longue de 6,4 ans que celle d'un ouvrier. L'écart est même de 7,5 ans selon que l'on soit diplômé du supérieur ou sans diplôme. Si ces différences sont plus faibles chez les femmes, les écarts restent considérables et sont "en légère augmentation". L'espérance de vie est également plus importante en Ile-de-France ou dans le Sud que dans les Hauts-de-France ou dans les départements et régions d'Outre-Mer.

Si de nombreux facteurs influent sur l'état de santé (activité physique, sommeil, alimentation, conditions de vie, de travail...), les déterminants sociaux jouent beaucoup sur différentes pathologies (cancer, maladies cardio-vasculaires, pulmonaires...) et sur la prise de risques (alcool, tabac...).

Le travail impacte également la santé. 70 % des ouvriers sont exposés à au moins un facteur de pénibilité contre 21 % des employés de commerce et de services et 12 % des cadres et professions intellectuelles supérieures.

Source

Le Monde, 12/05/17