Inégalités. L'Observatoire des inégalités analyse le monde du travail

Le rapport de l'Observatoire des inégalités s'est penché sur le marché du travail. Il rappelle que la crise a essentiellement frappé les milieux populaires. Pour preuve, 70 % des chômeurs de 2008 à 2016 sont des employés ou des ouvriers. Le taux de chômage des ouvriers non qualifiés (20 %) est 4 fois plus important que celui des cadres supérieurs. 3,4 millions de personnes sont concernées par l'emploi précaire (CDD ou intérim).

Si les femmes, en 2015, représentent 40 % des cadres supérieurs soit le double de 1982 et que les écarts salariaux se réduisent, l'égalité reste "lointaine". Elles occupent les 2/3 des postes d'ouvriers et d'employés non qualifiés contre la moitié il y a 35 ans. Par ailleurs, le temps partiel reste massivement féminin.

Si les salariés sont mieux protégés en termes de conditions de travail, la part de ceux qui subissent des contraintes liées au rythme de travail progresse : 31,6 % en 2005, 35,2 % en 2013. Les employés de commerce et de services sont les plus exposés. 1 salarié sur 5 ne connaît pas ses horaires de travail 1 mois à l'avance.

La part de ceux connaissant des contraintes physiques a progressé, mais dans une moindre mesure.

Source

Les Echos, 31/05/17