Industrie navale. Un campus brestois pour toute la façade atlantique

Un Campus des industries navales est en cours d'installation à Brest. Il formera, à terme, 1 000 jeunes par an, du CAP au niveau ingénieur ou doctorant, pour répondre aux besoins de main-d’œuvre des entreprises du secteur. Selon Hervé Guillou, président de Naval Group et du Groupement des industries de construction et activités navales, les industries navales ne se sont jamais aussi bien portées depuis 40 ans. Cette croissance durable repose sur la forte activité des chantiers de l'Atlantique et la signature du contrat de fourniture de sous-marins à l'Australie.

Les industries navales ont 2 catégories de métiers en tension. La première regroupe 16 métiers de production (chaudronniers, soudeurs, mécaniciens, mécatroniciens, instrumentistes, peintres...) souffrant de la mauvaise image de l'industrie et de l'enseignement professionnel. La seconde catégorie se compose de métiers nouveaux (emménageurs, métiers de la cybersécurité, ...) pour lesquels les formations n'existent pas encore ou débutent tout juste. Dans le cadre du contrat australien, une école d'emménageurs de sous-marins ouvrira le 14 septembre à Cherbourg.

Si le campus est basé à Brest, les formations proposées se dérouleront dans une vingtaine de centres de formation déjà existants en Normandie, Bretagne, Pays-de-la-Loire et Nouvelle-Aquitaine. Les premières labellisations d'organismes de formation interviendront d'ici l'automne.

Le Campus permettra également de rendre visible tous ces métiers (par le biais d'un show-room utilisant la réalité virtuelle) et de "rester au top niveau mondial", comme l'indique le président de la Région Bretagne Loïg Chesnais-Girard.

Source

Ouest-France, Ouest-France entreprises, Le Télégramme, 30-31/08/18 ; Le Télégramme, 01/09/18