Illettrisme. Conséquence de la crise sanitaire, Addeski recherche des bénévoles

Francis Gapp, président de l'association Addeski, lance un appel aux bonnes volontés souhaitant s'investir, auprès de personnes en situation d'illettrisme, dans une démarche d'accompagnement au réapprentissage des compétences de bases (lecture, écriture). En raison du contexte sanitaire, Addeski a perdu la moitié de ses bénévoles. Alors qu'avant la pandémie 2019, 50 binômes accompagnant/accompagné étaient constitués, il n'y en a plus que 25 depuis la reprise des activités en septembre. Certains bénévoles craignent pour leur santé, d'autres n'ont plus le temps.

Les besoins sont pourtant toujours là. Pour Francis Gapp, "les illettrés sont les premières victimes de la crise" car elles se sont retrouvées, pendant le confinement, seules face à des tâches administratives complexes, qui les ont isolées. "Il faut comprendre qu'un illettré chez lui devient l'enfant de son propre enfant, cela a des conséquences sociales énormes".

Les personnes souhaitant s'investir dans la démarche d'accompagnement aux savoirs n'ont pas besoin d'expérience ou de qualification particulière. Il faut juste "savoir recevoir la personne apprenante dans la confiance et sans jugement", sans remplacer le travail de professionnels de la formation comme l'Afpa, l'Ibep... Une fois en binôme, ils rencontreront leur apprenant sur son lieu de travail ou au domicile de l'un ou de l'autre.

Addeski : 02 98 63 98 77 ou association@addeski.fr

Source

Le Télégramme, éd. Morlaix, 08/10/20