IAE. Filiale d'Emmaüs, Retritex lance un appel à l'aide

Branche d'Emmaüs chargée de collecter les tissus et textiles usagés dans les territoires, Retritex, créée en 2004, est à bout de souffle. Son activité de collecte, de tri et donc de revente dans ses magasins, a été stoppée du jour au lendemain par le confinement. Et elle n'est toujours pas repartie, déplore Frédérique Prosper Paul, sa directrice, alors que la filière était déjà fragilisée.

5 % des vêtements collectés sont vendus en France dans les magasins d'Emmaüs, 85 % sont exportés en Asie et en Afrique. Mais, du fait de la pandémie, les frontières sont fermées et les stocks s'accumulent dans les entrepôts, notamment à Pontivy.

Comment faire pour relancer l'activité ? Retritex espère le retour des consommateurs car à la fin de l'année, "le déficit s'élèvera à 600 000 euros".

L'association espère obtenir le soutien des pouvoirs publics (crédits non remboursables, aides à l'emploi) et va, pour la première fois depuis la création d'Emmaüs en 1954, lancer un appel aux dons, indique Eric Becquart, directeur général d'Emmaüs Action Ouest. Sans ces aides, Emmaüs sera contraint d'abandonner ses nouveaux projets en faveur de l'insertion.

Emmaüs Action Ouest emploie 190 salariés, dont 120 en parcours d'insertion.

Source

Le Télégramme, éd. Pontivy, 09/06/20