Horticulture. 3 600 emplois détruits depuis mars 2020

La filière horticulture est durement touchée par la crise sanitaire. Depuis mars, elle a perdu 3 600 emplois. Selon Mickaël Mercier, président de Val'Hor, l'interprofession du végétal, les fleuristes seraient les plus touchés. 15 % des commerces, soit 2 000 boutiques, ont dû fermer ou fermeront prochainement. Leur activité a chuté de 40 % entre mars et juin. Mais tous ne sont pas impactés de la même façon : les fleuristes provinciaux tirent mieux leur épingle du jeu que leurs homologues parisiens et des grandes métropoles où "l'activité est très liée à l'évènementiel et aux cérémonies privées".

Les paysagistes et les jardineries sont moins touchés, portés par les demandes printanières de plantes, de fleurs et de poules.

Pour cette même période, la filière du végétal a connu un recul de 15 % de son chiffre d'affaires. Elle reste mobilisée pour relancer la demande mais craint les conséquences de nouveaux freins sanitaires aux fêtes familiales ou amicales.

La filière devrait percevoir une aide de 25 millions d'euros pour compenser la moitié de ses pertes. Les détails du dispositif ne sont pas encore connus, indique Mickaël Mercier.

La filière du végétal regroupe 53 000 entreprises et 170 000 emplois en France. Elle a réalisé, l'an dernier, un chiffre d'affaires de 14 milliards d'euros.

Source

Le Télégramme, Ouest-France, 15/10/20