Hôpital. La difficile articulation des temps des femmes médecins

Selon une enquête menée par l'intersyndicale Action praticiens hôpital auprès de 3 100 médecins et pharmaciens hospitaliers, dont 2/3 de femmes, le monde hospitalier n'est pas exempt d'inégalités professionnelles. 29 % des mères de famille répondantes considèrent que leur carrière a été pénalisée par la maternité. 77 % disent par ailleurs n'avoir pas bénéficié d'aménagement de poste pendant leur grossesse. Alors que l'univers hospitalier ne cesse de se féminiser, près de 10 % des mères disent ne pas avoir bénéficié de congé maternité, soit parce que le statut de l'époque ne le permettait pas, soit pour des raisons liées à leur carrière ou de pression ressentie.

58 % des répondantes médecins se déclarent en épuisement chronique au travail (46 % des hommes), conséquence des fortes amplitudes horaires de leur métier et de la charge de la sphère familiale et domestique. 70 % des femmes médecins déclarent s'occuper du linge à la maison et 58 % des repas contre respectivement 14 % et 25 % de leurs confrères. Autre différence : 28 % des médecins hommes ont une conjointe travaillant à temps partiel quand 6 % des femmes médecins sont dans ce cas. Cette lourde charge familiale peut être source de renoncement : 1/3 des femmes estiment avoir modifié leur parcours pour cette raisons.

Les femmes de l'hôpital sont aussi victimes de harcèlement ou d'humiliations sexistes et sexuelles, dans la plupart des cas, de la part d'un médecin. L'étude relevè que "dans 62 % des cas", cela n'a eu aucune conséquence puisque rien n'a été porté à la connaissance de la communauté hospitalière du fait "du renoncement personnel et de l'autocensure [des] femmes".

Suite à une tribune de 2018 publiée dans Le Monde où 130 médecins demandaient aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires [pour] favoriser une accession satisfaisante des femmes" aux postes de professeure d'université, de praticienne hospitalière et plus globalement aux postes de pouvoir, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris va créer un "groupe de réflexion relatif à la promotion de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes".

Les répondants à l'enquête d'Action praticiens hôpital suggèrent quant à eux de créer un "observatoire des discriminations sexuelles à l'hôpital", de créer des crèches d'hôpital ouvertes aux médecins...

Source

Le Monde, 08/03/19