France Compétences. Comment combler le déficit de près de 3 milliards d'euros ?

Le déficit de France compétences, l'organisme régulateur de la formation professionnelle, perdure. Il devrait être de près de 3 milliards cette année, selon les estimations du ministère du Travail. Il était déjà de plus de 4 milliards d'euros l'an dernier. Pourquoi ?

Les recettes, issues de la cotisation formation des entreprises, ont diminué du fait de la crise et des exonérations de charges, même si elles reprennent de nouveau, avec l'amélioration de l'économie. Dans le même temps, les dépenses progressent : utilisation massive du Compte personnel de formation (CPF), engouement pour l'apprentissage, dispositif dopé par les aides gouvernementales. 

L'équilibre budgétaire doit être atteint l'an prochain, indique le législateur. Des choix sont donc à faire. L'Etat viendra-t-il au secours financier de France Compétences ? Le Plan d'investissement des compétences (PIC), plan de formation des demandeurs d'emploi, sera-t-il sorti du budget de France Compétences ? Autant de questions en suspens.

De leur côté, les partenaires sociaux souhaitent que la dynamique autour de la mobilisation du CPF perdure et rappellent que les formations financées doivent améliorer les qualifications. Ils se questionnent : toute activation du CPF devrait-elle résulter d'une validation préalable par un conseiller en évolution professionnelle ? Ils s'interrogent également sur le financement des formations en langue et du permis de conduire par le CPF. Emmanuel Macron, dans un tweet, s'est dit, pour sa part, très favorable à ce que l'apprentissage de la conduite soit financée de cette façon.

Source

Les Echos, 14/06/21