Enseignement supérieur. Evaluation du parcours personnalisé pour la réussite des étudiants

Quel parcours universitaire ont les étudiants qui bénéficient, depuis la loi de 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants, de parcours personnalisés et adaptés en raison de probables lacunes scolaires identifiées dans leur dossier Parcoursup ? Un rapport de l'Igésr reposant sur les données de 7 229 étudiants de 28 universités, démontre qu'ils connaissent plus de redoublements et de réorientation l'année suivant leur entrée en université que ceux n'ayant pas bénéficié du dispositif.

Sur les 7 229 étudiants concernés en 2018-2019, 35 % ont choisi de réaliser leur première année de licence en 2 ans. 65 % ont opté pour des modules complémentaires lors de leur première année. L'année suivante, 39 % d'entre eux avaient quitté l'université (contre 29,4 % des étudiants hors dispositif), 33,4 % avaient redoublé (20 %) et 4,9 % s'étaient réorientés en interne (5,4 %). Bilan : seuls 22,7 % poursuivent en seconde année contre 45,3 % des néobacheliers non accompagnés.

Est-ce à dire que le soutien et la remédiation ne suffisent pas à consolider les parcours des étudiants identifiés comme étant les plus fragiles ? Non, répond Jean-François Lhuissier, ancien vice-président chargé de la formation à l'Université du Havre et ancien président de la Courroie (réseau national des responsables orientation et insertion des universités) car beaucoup de ces étudiants arrivent "en première année de licence par défaut, en particulier dans les sciences humaines". Leur objectif n'est donc pas de passer en 2e année de licence mais de parvenir à entrer dans le BTS ou l'IUT initialement convoité.

Le rapport met en exergue les réussites marquées de certaines universités telles Montpellier-3- Paul Valéry qui propose à tous les étudiants de première année "plusieurs options d'accompagnement [...] à la carte"" ou Rennes 1. A la faculté de droit rennaise, des tuteurs en master, "triés sur le volet" accompagnent 4 à 5 étudiants du parcours personnalisé. "Ils vont avec eux à la bibliothèque universitaire, pour leur montrer comment travailler, comment prendre des notes", indique Cécile Lecomte, vice-président à l'orientation et à la réussite.

Source

Le Monde, 21/08/20