Egalité professionnelle. Les recommandations du HCEFH pour atteindre la parité dans les EPCI

Si depuis 20 ans des dispositions législatives ont permis de faire progresser l'application du principe paritaire dans les responsabilités politiques locales, les intercommunalités font de la résistance. En effet, selon une étude du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, les conseils des 1 266 intercommunalités (ou EPCI) comptent seulement 34,6 % de femmes. Cette proportion varie de 33 % dans les communautés de communes à 39 % dans les métropoles.

Cette disparité est encore plus marquée au niveau des exécutifs : les EPCI ne comptent que 7,7 % de présidentes et 20 % de vices-présidentes. L'an dernier, une étude du réseau "Elles aussi" faisait état de 14 % de conseils dont les exécutifs étaient entièrement masculins.

Selon le HCEFH, "les règles de composition actuellement en vigueur des conseils et exécutifs intercommunaux ne vont pas dans le sens de l'objectif constitutionnel d'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux". Il faut donc tout d'abord agir au niveau des conseils municipaux. Selon le ministère de l'Intérieur, toutes communes confondues, on compte 40,3 % de femmes dans les conseils municipaux, 16 % de femmes maires et 37,8 % d'adjointes. Les chiffres varient selon la taille des communes par ce que les règles électorales diffèrent selon qu'il y ait plus ou moins de 1 000 habitants. Dans les communes de moins de 1 000 habitants, on compte 34,9 % de conseillères, 17,2 % de maires et 20,2 % d'adjointes. Dans celles de plus de 1 000, elles sont respectivement 48,2 %, 12,9 % et 47,5 %.

Le HCEFH fait plusieurs recommandations pour améliorer la situation avant les élections de 2020.

Source

Le Monde, 30/11/18