Economie. Une crise comparable à celle de 1929 selon Bruno Le Maire

Quel est l'impact du Coronavirus sur l'économie française ? Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, indique que les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie-restauration ou de l'évènementiel connaissent des baisses d'activité "de 90 à 100 %". 90 % pour le bâtiment. Le chiffre d'affaires de l'industrie automobile a chuté de "80 à 85 %". "L'industrie tourne à 25 % de ses capacités".

L'ameublement, la cosmétique, la mécanique, la plasturgie et le textile ont vu leur activité se réduire de 80 %. La semaine dernière, 80 % des chantiers du bâtiment étaient à l'arrêt. Seules l'agroalimentaire et la grande distribution fonctionnaient.

Conséquence, "le chiffre de la croissance 2020 sera inférieur à celui qui était prévu dans le projet de loi de finances rectificative". La baisse du PIB sera donc supérieure à 1 %, sachant que "chaque semaine, chaque mois supplémentaire de confinement aggrave cette prévision". Les économistes tablent, pour l'instant, sur un recul de 5 % du PIB 2020 de la zone France et Euro. Jean-Luc Tavernier, directeur général de l'Insee, estime que le PIB baissera de 3 % chaque mois de confinement.

Le ministre, qui compare cette crise à celle de 1929, craint que le redémarrage soit lent et qu'il faille "accompagner la reprise". L'Etat soutient déjà les entreprises via la garantie publique des crédits, le chômage partiel... Activera-t-il les nationalisations d'entreprises ? A la demande du Président de la République, "la liste [confidentielle] des entreprises industrielles qui doivent être soutenues par l'Etat est prête". Mais la nationalisation ne semble envisagée "qu'en dernier recours". Enfin, il faudra envisager un "plan de relance communautaire" pour apporter des soutiens "appropriés, massifs et européens".

Source

Les Echos, 25-27/03/20