Douarnenez (29). Chancerelle dope ses expéditions

La production de Chancerelle a chuté de 30 % sur son site de Douarnenez, mais l'entreprise voit aussi ses expéditions augmentées de 170 % par rapport à un mois de mars "classique". Les livraisons sont en effet assurées même si les délais sont pour l'instant allongés.

Le directeur général, Jean Mauviel, assure que le problème se posera en production à partir de mai jusqu'à cet été, et dépendra des campagnes de pêche. Pour l'instant, la conserverie fonctionne en partie grâce à ses stocks car "entre le moment où une boîte est fabriquée et le moment où elle est expédiée, il peut se passer six mois. Le stock est inhérent au métier de la conserve, dans le poisson mais aussi dans le légume".

L'entreprise s'est également organisée pour assurer à ses employés le maximum de sécurité sanitaire : les équipes ont été séparées en 2, l'embauche se fait en décalé comme l'arrivée dans les vestiaires, la salle de pause et tous les mouvements dans l'usine se font selon un sens de circulation. L'usine, habituellement forte d'environ 700 salariés, compte 18 % d'employés en moins (contre 9 % en moyenne) : garde d'enfants, arrêt maladie pour les personnels en affection longue durée, femmes enceintes ou encore suspicions de Covid-16. Le chômage partiel impacte principalement les commerciaux et d'autres salariés télétravaillent.

Source

Ouest-France, éd. Douarnenez, 06/04/20