Décrochage. Erasmus et serious game pour les jeunes du collège de Kerzourat à Landivisiau

Le collègue de Kerzourat se lance dans une expérimentation, destinée à aider une dizaine de jeunes âgés de 13 à 15 ans démotivés par leurs études et éviter ainsi qu'ils ne décrochent. Pendant leur année de 4eme et jusqu'à la fin de leurs années collèges, ils "vont construire leur projet en testant les outils des autres pays et en s'associant à un chapitre du scénario final : la réalisation de serious game".

Grâce à l'utilisation de ce serious game, le jeune créera un avatar de jeu avec lequel il pourra "déclencher des stratégies qui lui permettront de sortir de sa situation, pour modifier son comportement face à une difficulté scolaire ou personnelle et ainsi gagner en estime de soi".

Le programme est financé par l'Union européenne dans le cadre du programme Erasmus à hauteur de 130 000 euros. Les jeunes seront entourés de six partenaires : l'université d'Exeter (Angleterre), un établissement Roumain et plus localement, le collège Saint-Paul-Roux de Brest qui travaille déjà sur le décrochage des jeunes Mahorais.

Dès avril 2020, ces avatars seront activés dans les deux collèges finistériens. Le collège Saint-Paul-Roux accueillera une dizaine de collégiens en ancrochage venus de Landivisiau, d'Exeter, de Transylvanie. En septembre, un voyage est programmé à Exeter puis un deuxième en Roumanie en décembre. C'est en avril 2021 que tous les participants se retrouveront au collège de Kerzourat. Le projet propose également diverses activités de découverte, la création de liens sociaux et l'utilisation de plusieurs langues. Objectif : redonner le goût aux études.

Source

Le Télégramme, éd. Landivisiau, 22/11/19 ; Ouest-France, éd. Landivisiau, 25/11/19