Culture. Brest lance une étude sur la budgétisation sensible au genre

En 2017, la ville de Brest a lancé, une étude sur la budgétisation sensible au genre dans le domaine culturel. La démarche, inédite pour une collectivité, a été confiée au cabinet Perfegal qui a recueilli des données du 1er septembre 2017 au 31 août 2018. Si le document de travail demande encore à être finalisé, Marif Loussouarn, élue en charge de l'égalité femmes-hommes au sein de la collectivité, nous livre les premiers résultats.

L'analyse permet tout d'abord d'étudier la place des femmes dans la direction culture-animations-patrimoine de la ville qui fait travailler 434 ETP, dont 63 % de femmes. Elles sont prédominantes dans les secteurs administratifs (médiation et programmation incluses), la communication (83 %) et l'accueil billetterie (87 %) mais quasi inexistantes dans le secteur technique (6 %). Elles occupent, à 87 % des postes de direction, notamment dans les services de la direction culture-animations-patrimoine.

Si elles sont majoritaires dans les emplois culturels, l'étude démontre qu'elles ne le sont pas sur scène. L'édition 2017 des Jeudis du port n'a compté que 20 % de femmes artistes en plateau (11 % si l'on s'en tient aux spectacles de musique). Sur les 48 spectacles proposés au Mac Orlan, seules 21 % de femmes ont foulé la scène, idem à la Carène où elles n'étaient qu'un cinquième. Le Quartz a reçu, pour sa part, 39 % d'artistes féminines.

Si, au-delà des chiffres, il faut tenir comte des tournées et des opportunités artistiques du moment, Marif Loussouarn rappelle que "le talent n'a pas de sexe" et appelle à l'introduction d'une exigence en matière d'égalité femmes-hommes alors que la collectivité va renouveler les conventions d'objectifs avec les salles précitées.

L'élue annonce le lancement, cette année, d'une étude similaire sur le monde sportif.

Source

Le Télégramme, 08/03/19