Conditions de travail. 12 % des salariés exposés à un risque cancérogène

Selon une étude de Santé publique France, près de 2,6 millions de salariés, soit 12 % de l'effectif salarié total français, sont exposés à au moins une nuisance cancérigène et près de 30 % d'entre eux à au moins 2 des 24 agents chimiques cancérogènes les plus courants. Dans le détail, 2,2 millions de salariés travaillent dans un environnement contenant des cancérogènes chimiques et 259 000 sont exposés à des rayonnements ionisants.

Les salariés travaillant de nuit sont également concernés puisque depuis 2007 le travail de nuit est considéré comme cancérogène probable par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 236 500 femmes sont ainsi concernées et ce, dès plus de 45 nuits travaillées par an.

Les hommes sont les plus touchés par la menace de substances cancérogènes (75 %), loin devant les femmes (15 %). Il s'agit dans les 3/4 des cas d'ouvriers, dont plus de la moitié qualifiés. Le secteur le plus touché est celui de la réparation automobile (79 %), principalement à cause des émissions de moteurs diesel.

Les femmes les plus exposées au risque sont des employées de service (38 %), surtout dans le secteur de la santé. Près de 30 % des infirmières et sages-femmes sont "fréquemment exposées à au moins une nuisance cancérogène". Chez les aides-soignantes, le risque cancérogène est plus imputable au travail de nuit (55 %) qu'aux rayonnements ionisants (41 %). 32 % des coiffeuses et des esthéticiennes sont exposées à un cancérogène chimique.

Source

Les Echos, 14/06/17