Chaires d'entreprises. Faciliter le lien entreprise/université et la relation emploi-formation

Pour contrer la baisse de leurs budget, les grandes écoles et les universités multiplient les chaires d'entreprises auxquelles s'associent de plus en plus souvent des PME qui, par ce biais, financent des travaux de recherche qu'elles n'auraient pu mener seules.

Jusqu'à récemment, les chaires d'entreprises étaient plutôt l'apanage de grands groupes, cotés au CAC 40, qui travaillaient avec des écoles prestigieuses (Polytechnique...) d'où provenaient beaucoup de leurs cadres dirigeants. Travaillant sur des thèmes variés, les chaires d'entreprises se composent d'une petite équipe de scientifiques qui planchent sur des sujets définis avec leurs mécènes. Les PME ou entreprises participantes bénéficient ainsi de travaux pointus, directement exploitables ou pas et d'une force de suggestion pour proposer des thèmes de formation répondant aux besoins des entreprises. Les universités ou les écoles voient quant à elle dans le dispositif la possibilité de se rapprocher du monde de l'entreprise, un apport budgétaire et des possibilité d'insertion professionnelle pour les personnes diplômées de ces cursus.

L'article évoque notamment 3 chaires bretonnes : la chaire brestoise de cyberdéfense associant l'école Télécom Bretagne, l'Ecole navale, DCNS et Thales ; la chaire agriculture écologiquement intensive proposée par partenariat par l'Agro-campus Ouest et les coopératives agricoles Triskalia, Terrena et Agrial et enfin, la chaire franchise et commerce en réseau de l'IGR-IAE en partenariat avec McDonalds, Subway Bretagne-Pays de la Loire et le groupe Beaumanoir.

Source

Les Echos, 03/02/15