Campus connecté. 300 étudiants pour la première rentrée

Depuis septembre 2019, 13 villes éloignées des grands centres universitaires, dont 2 en Bretagne (Redon et Saint-Brieuc) ont été choisies pour installer un Campus connecté qui permettrait aux jeunes du territoire, de décrocher un diplôme du supérieur, sans déménager. Ces lieux, qui accueillent au total près de 300 étudiants, ont-ils trouvé leur public ?

Le Campus connecté de Nevers est parmi ceux ayant la plus forte promotion : un groupe de 19 personnes composé "d'étudiants en 1ère, 2e ou 3e année de licence, une jeune maman âgée de 28 ans, 5 sportifs de haut niveau, des rugbymen jouant en D2..." détaille Christophe Lasserre, le responsable. Il est persuadé que "la plupart n'auraient pas fait d'études supérieures sans cette formule".

Et en Bretagne ? A Redon, le Campus connecté est installé au Campus Esprit industries. Thierry Sauvage, son directeur, admet que "la mise en place fut difficile". Magali Laigle, chargée du projet, a communiqué localement auprès des partenaires pour pouvoir les 10 places. Au final, 7 stagiaires, aux profils variés, l'utilisent : une salariée souhaitant progresser en anglais, une autre est en reconversion, un quinquagénaire se lance dans un master en communication et deux jeunes... A Saint-Brieuc, le dispositif, porté par le Cnam n'a séduit aucun étudiant. Le public a donc été élargi. La promotion de janvier 2020 est constituée de 20 femmes et 4 hommes qui ont en moyenne 41 ans.

Le Gouvernement espère créer une centaine de Campus connectés d'ici à 2020, campus qui bénéficieraient à plus de 4 000 étudiants.

Source

Ouest-France, 05-11/02/20