Cadre. Un marché de l'emploi breton en progression de 11 % par rapport à 2019

Au total, 9 100 cadres devraient être recrutés, cette année, en Bretagne. Un chiffre en progression de 5 % par rapport à 2021 et de 11 % par rapport à 2019. Les cadres de l'informatique, de la recherche et du développement ou des activités de production industrielle/chantier (58 %) sont les plus recherchés. Mais 58 % des embauches sont qualifiées de difficiles en raison du faible nombre de candidatures, du décalage entre les compétences proposées et les attentes des recruteurs mais aussi de la concurrence entre employeurs, bretons ou non, sur les mêmes profils.

Résultat, 48 % des cadres bretons sont confiants dans le fait de quitter leur entreprise cette année et de retrouver ailleurs un poste au moins équivalent.

Les employeurs doivent donc s'adapter pour conserver leurs salariés et embaucher de nouveaux collaborateurs : télétravail, souplesse d'organisation, etc. Ils doivent également accompagner les prises de poste et offrir des évolutions de carrière pour les fidéliser.

L'an dernier, la Bretagne comptait 127 900 cadres en poste, soit 3% des effectifs nationaux.

Toutes les régions françaises sont concernées par ces tensions, certaines plus que d'autres. En Occitanie, 62 % des recrutements cadres sont qualifiés de difficiles. Ils sont de 58 % en Pays-de-la-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes, PACA et en Corse, quand ils sont compris entre 47 et 49 % en Normandie, par exemple.

Cette année, l'Apec pronostique 282.000 recrutements en CDI et CDD d'un an et plus au niveau national, un niveau qui dépasserait le seuil record des 282 000 embauches de 2019. Sur ce dernier trimestre, les intentions d'embauche rebondissent, particulièrement dans les grandes structures et les PME.

Source

Le Télégramme, Les Echos, 08/11/22 ; Ouest-France, 10/11/22