Assurance-chômage. Entrée en vigueur, au 1er novembre, des nouvelles règles

Le premier volet de la réforme de l'assurance-chômage a pris effet au 1er novembre. Pour ouvrir des droits, il faut désormais avoir travaillé 6 mois sur les 24 derniers mois (contre 4/28 jusqu'à présent). Selon l'Unédic, ce changement affectera 710 000 chômeurs : 300 000 devraient voir leurs droits diminuer, 210 000 auraient des droits repoussés de 5 mois et 200 000 seraient exclus du régime.

Le rechargement des droits, mesure actée en 2014, va également être modifié. Il faudrait désormais avoir travaillé 6 mois pour en bénéficier (contre 1 mois ou 150 heures auparavant).

La dégressivité des allocations chômage pour les cadres de moins de 57 ans percevant un salaire supérieur à 4 500€ brut mensuels est aussi entrée en vigueur. Leur indemnisation sera réduite de 30 % à partir du 7e mois de chômage, avec un plancher à 2 261€ net.

En parallèle, l'ouverture, sous conditions, des droits chômage aux démissionnaires et aux indépendants est effective.

Les syndicats craignent que ces mesures n'entraînent une hausse de la précarité et du nombre d'allocataires de l'ASS.

La réforme du mode de calcul de l'allocation chômage, jugée, par l'exécutif, trop généreux pour les personnes travaillant en discontinu, aura lieu en avril. Selon l'Unedic, 850 000 chômeurs verront leur allocation baisser, en moyenne, de 22 %. Mais leur durée d'indemnisation s'allongera (12 à 18 mois en moyenne).

Source

Libération, Le Télégramme, 01/11/19