Apprentissage. 495 000 contrats signés en 2020, une année record

Dans une interview aux Echos, Elisabeth Borne, ministre du Travail, fait un point sur l'apprentissage, un dispositif qui ne connaît pas la crise. L'an dernier, 495 000 contrats ont été signés dans le privé. Un chiffre record, en hausse annuelle de 40 %, et en partie dû aux aides gouvernementales du plan "1 jeune, 1 solution" (plus de 400.000 demandes de primes). Et le cap des 500 000 contrats a même été dépassé si l'on comptabilise les apprentis du secteur public !

Les secteurs qui recrutent le plus d'apprentis sont l'hôtellerie-restauration, les services et le commerce.

Les apprentis préparent plus des diplômes du supérieur que des niveaux bac ou infra (CAP-BEP), "qui progressent très légèrement malgré la crise". Cette situation est, pour Elisabeth Borne, à la fois positive pour "l'image de l'apprentissage car cela montre que l'on peut se former à tous les métiers par [ce biais]" mais aussi "un point de vigilance" car il faut que les "métiers pour lesquels l'apprentissage constitue la seule voie d'entrée progressent significativement". Une réflexion sera menée, à ce sujet, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et les partenaires sociaux.

Autre sujet d'actualité : les 50 000 jeunes sans contrats qui ont bénéficié de la possibilité d'intégrer, pendant 6 mois, un CFA. A ce jour, un peu plus de 30.000 n'ont toujours pas trouvé d'entreprise formatrice. Une instruction mobilisera, via les préfets de région, les chambres consulaires ou les représentants locaux des employeurs avec l'aide des Régions, pour les aider dans leurs démarches. Par ailleurs, la DGEFP mènera une enquête auprès d'une dizaine d'écoles pour s'assurer de la réalité des démarches de recherche de contrat. Les résultats seront connus d'ici à mars.

Source

Les Echos, 05/02/21 ; Ouest-France, 06-07/02/21 ; Le Télégramme, 08/02/21 ; Le Monde, 09/02/21