Apprentissage. 491 300 apprentis en France, fin 2019

L'an dernier, 368 800 nouveaux contrats d'apprentissage ont été conclus, soit une progression annuelle de 16 %. Fin 2019, la France comptait, au total, 491 300 apprentis, du jamais vu selon l'entourage de Muriel Pénicaud, ministre du Travail. Cette dynamique s'observe dans tous les secteurs (+13 % dans le bâtiment, +11 % dans l'industrie), dans tous les territoires (+78 % en Guyane, +56 % en Guadeloupe) et pour tous diplômes, CAP et bac pro inclus. Comment expliquer cet engouement ?

Pour Muriel Pénicaud, il résulte de la loi "Pour la liberté de choisir son avenir professionnel", qui a permis "de lever tous les freins" : libéralisation de la création des CFA, renforcement du rôle des branches... Roselyne Hubert, présidente de la Fédération nationale des associations régionales de directeurs de CFA admet que cette réforme a permis "l'ouverture d'un plus grand nombre de sections d'apprentissage". Mais elle rappelle que d'autres facteurs sont à prendre en compte : la croissance du PIB qui a provoqué le recrutement d'apprentis par les entreprises, le changement de regard sur l'apprentissage dû "à la promotion [de cette voie de formation] par les pouvoirs publics", et "l'implication des acteurs de plusieurs branches professionnelles, dans le monde du bâtiment notamment, où de gros efforts sont consentis pour fidéliser la main-d’œuvre et élever son niveau de compétences", complète Florence Lefresne, directrice du Cereq. Le boom 2019 pourrait aussi s'expliquer par un début de transfert des contrats de professionnalisation vers l'apprentissage, formule plus avantageuse financièrement.

David Margueritte, chargé du dossier apprentissage à Régions de France rappelle que "ce sont [les régions] qui, jusqu'à la fin décembre 2019, pilotaient le système". Il pointe "les frais d'hébergement et de déplacement des apprentis moins bien pris en charge qu'auparavant" dans certains Régions, fait confirmé par Aurélien Cadiou, président de l'Association nationale des apprentis de France.

Source

Les Echos, Le Monde, Le Télégramme, Ouest-France, 05/02/20