Plan 500 000 formations. Le point sur l'avancée du plan

Le plan 500 000 formations pour les demandeurs d'emploi, doté d'une enveloppe d'un milliard d'euros, s'apprête à décoller, déployé dans toutes les régions. Selon l'Association des régions de France (ARF), sa mise en oeuvre atteint globalement 60 %. La région Grand Est atteint même le seuil de 97 %.

L'enveloppe va servir à financer des formations auprès des demandeurs d'emploi qui en ont le plus besoin : jeunes sans qualifications, chômeurs de longue durée, seniors. Ils vont pouvoir bénéficier de :

- 70 000 formations sur la création d'entreprise, soit le double de ce qui a été proposé en 2015,

- 10 000 validations des acquis de l'expérience (VAE),

- 50 000 contrats de professionnalisation,

- 40 000 formations aux métiers d'avenir (énergies renouvelables, numérique),

- 330 000 formations pour les jeunes sans qualifications, chômeurs de longue durée et seniors via des conventions signées avec les Conseils régionaux.

Si tous les acteurs s'accordent à saluer l'envergure du plan et l'importance des moyens alloués, des critiques se font jour. Yves Barou, président de l'Afpa, alerte sur la nécessité d'inscrire ce plan dans la durée. Il rappelle que la plupart des formations proposées sont de courte durée et forment à des emplois de proximité (cuisinier, soudeur, plombier, assistant de vie aux familles...). Plusieurs modules de formation seront donc nécessaires à la réinsertion de personnes très éloignées de l'emploi. Jean Wemaëre, président de la Fédération de la formation professionnelle (FFP) espère quant à lui, au vu de la rapidité de déploiement du plan, que les formations permettront réellement une réinsertion des stagiaires.

Source

Les Echos, 09/09/16