PLF 2019. Pourquoi une baisse de 2 milliards d'euros du budget du ministère du Travail ?

Dans le cadre du Projet de loi de finances 2019 (PLF), les crédits du ministère du Travail baisseront de 2 milliards d'euros, passant de 15,2 milliards en 2018 à 13,1 milliards pour l'an prochain. Pourquoi cette baisse ? Elle résulte tout d'abord de la fin de certains dispositifs d'aides à l'embauche (prime à l'embauche dans les PME) et de la réduction des contrats aidés. L'an prochain, seuls 100 000 Parcours emploi compétences (PEC) pourraient être fléchés contre 200 000 cette année.

Ce recul sera toutefois compensé par une hausse des aides à l'insertion par l'activité économique, comme prévu dans le cadre du plan pauvreté.

La baisse budgétaire s'explique en réalité surtout par le transfert des crédits PEC concernant des postes d'auxiliaires de vie scolaire (AVS) à l'Education nationale, soit près de 213 millions d'euros (budget 2018) pour 50 000 AVS (30 500 pour 2018-2019)

Ces contrats aidés, précaires, sont appelés à devenir pérennes. Chaque année depuis 2016, 11 200 d'entre eux sont transformés en 6 400 ETP d'AESH (statut des AVS propre à l'Education nationale). Pour se professionnaliser, ces professionnels pourraient aussi travailler en dehors des heures scolaires auprès d'autres employeurs que l'Education nationale.

Source

Les Echos, 19/09/18