Numérique. Robotisation, intelligence artificielle, nouvelles technologies : quelles sont les compétences à développer ?

Le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) poursuit l'analyse de l'impact de la numérisation sur les emplois en France. Dans son premier rapport, il estimait à 10 % le nombre d'emplois menacés par la robotique, l'intelligence artificielle ou les technologies liées à Internet. Il prédisait aussi la transformation de la moitié des emplois. Un second rapport s'attache à identifier les 3 types de compétences nécessaires aux travailleurs :

- celles directement liées aux technologies numériques,

- celles, nouvelles, très variées, qui ne sont pas forcément numériques. Par exemple, l'automatisation des serres exige pour les ouvriers agricoles d'avoir des connaissances en agronomie,

- les compétences transversales qui doivent être renforcées ou acquises.

Pour atteindre cette plus grande expertise et lutter dans le même temps contre l'illectronisme, le COE appelle à "une stratégie globale" où les partenaires sociaux auraient un rôle renforcé.

Réaliser un vrai référentiel de compétences partagées, des répertoires nationaux de certifications lisibles et complets, faire du lien entre les différents organismes de prospective, intégrer le numérique dans la pédagogie et les contenus des formations, sont quelques-unes des recommandations du rapport qui critique aussi la complexité du système de la formation professionnelle.

Selon Marie-Claire Carrère-Gée, la pénurie d'emplois d'experts, directement liés au numérique, est de 1 sur 10 en France, plus faible qu'en Allemagne ou au Royaume-Uni. Le secteur des nouvelles technologies est cependant plus développé Outre-Manche. Elle rappelle également que, dans les enquêtes de l'OCDE, la France est mal placée en numératie et littératie.

Source

Les Echos, 20/09/17