Métiers d'art. Des pistes pour les pérenniser

Philippe Huppé, député LREM vient de remettre à Edouard Philippe, son rapport sur les métiers d'art et du patrimoine vivant. Outre le constat d'un manque de formations aux métiers rares (solier, perruquier, plumassier...) menacés de disparaître, le rapport met en exergue les nouvels profils des artisans : "62 % des personnes qui rentrent dans les métiers d'art sont des gens en reconversion".

Afin d'aider les professionnels à y voir plus clair dans les aides et les acteurs publics, le député propose de créer un groupement d'intérêt économique "France Métiers Excellence", qui piloterait l'ensemble des actions. Le rapport propose aussi de maintenir le crédit d'impôt en faveur des métiers d'art (Cima) et de conserver la taxe affectée.

Revue en 2015, la liste des métiers d'art détaille 198 métiers et 83 spécialités. Pour valoriser leur activité, les artisans peuvent demander à être labellisés "Entreprise du patrimoine vivant", ce qui est le cas de 1 429 d'entre eux.

En parallèle, des Conseils régionaux se mobilisent pour les métiers d'art. L'Occitanie a par exemple adopté un plan 2018-2021 qui comprend un "pass métiers d'art" doté de 200 000€ pour 2019. Grand-Est soutient financièrement les manifestations de promotion des métiers d'art. PACA a pour sa part développé son propre label "Métiers d'art Provence-Alpes-Côte-d'Azur" qui vise notamment à développer des actions touristiques.

Source

Les Echos, 11/12/18