Méthanisation. Triskalia et l'Ademe signent pour la Bretagne

Pour développer la méthanisation chez les éleveurs bretons, la coopérative agricole Triskalia et l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) se sont engagées dans une convention à aider les installations.

Actuellement, les méthaniseurs sont au nombre de 81 en Bretagne, 450 en France. Objectif : doubler leur nombre dans tout le pays pour 2020. La France accuse un retard sur ses voisins allemands.

Cette convention apportera des réponses très concrètes dans le montage de projets et leur rentabilité. Pour abaisser le coût des installations notamment, l'Ademe et Triskalia regrouperont les projets proches en termes de taille ou de type d'élevage. Cette approche permettra de "grouper les commandes, mutualiser le fonctionnement des installations et la maintenance". Des économies de l'ordre de 5 à 15 % sont espérées "rien que pour le coût de l’investissement initial". Jusqu'alors très personnalisés, les projets seraient plus standardisés.

L'Ademe et la Région Bretagne "financeront à hauteur de 60 % le coût du suivi, des études de faisabilité à la mise en route des installations".

"C’est un outil pour sécuriser le revenu des agriculteurs dans un contexte de volatilité des prix », souligne aussi Gilles Petitjean, directeur de l’Ademe. « Mais il faut absolument que cela coûte le moins cher possible si l’on veut atteindre 1 000 à 3 000 installations à terme. »

La coopérative Triskalia représente 16 000 agriculteurs, pour 1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière et 280 sites commerciaux et industriels.

Source

Le Télégramme, 12/12/18