Management. L'intérêt des neurosciences

Les recherches en neurosciences apportent des nouvelles connaissances sur le fonctionnement du cerveau. Elles se sont rapprochées de différents univers - santé, éducation mais aussi management - donnant ainsi naissance au neuromanagement. Cette discipline explore la motivation au travail, l'engagement, la coopération, le bien-être, la prise de décision, l'innovation... Des découvertes utiles aux managers et chefs d'entreprise.

Pour Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche à l'institut Pasteur et au CNRS, un manager "neuro-amical" est capable de comprendre et d'organiser son travail et celui de son équipe afin d'en réduire le stress. Il sait encourager et féliciter ses collaborateurs, stimuler leur créativité et se soucie de leur épanouissement professionnel.

Oasys, un cabinet de conseil s’appuie depuis 2 ans sur les neurosciences pour "porter un regard neuf sur des problématiques récurrentes" : gestion de stress, d'équipe, problèmes de motivation... "Elles offrent des clés d'analyse et d'action intéressantes". Les chefs d'entreprise et managers, après avoir été dubitatifs sur la démarche, envisagent ensuite de nouveaux fonctionnements "pour être plus agiles et améliorer la prise de décisions".

Les neurosciences démontrent que le cerveau ne peut pas tout faire en même temps aussi, il faut accepter alors que toutes les décisions ne soient pas forcément prises lors de réunions et qu'un délai de réflexion soit mis en place. Elles prouvent aussi que les échanges sociaux, rendez-vous réguliers, la communication permettent de donner du sens au travail. Que l'hyperconnexion est un danger provoquant panne d'innovation, fatigue voire burn-out contre lequel le manager doit lutter en aidant ses équipes à trier les informations utiles des informations futiles ou en leur laissant une liberté d'action par exemple. Car la passivité provoque stress et mal-être.

Côté motivation, les neurosciences démontrent que de nouvelles compétences sont acquises d'autant plus facilement qu'il y a du plaisir. Le manager doit donc créer du désir chez ses collaborateurs pour nourrir leur engagement.

En conclusion, selon Pierre-Marie Lledo, les neurosciences permettent aux manager "d'adapter le monde du travail au fonctionnement cérébral plutôt que l'inverse".

Source

Le Monde, 09/01/18