Intelligence artificielle. Quels impacts sur les métiers et les compétences du secteur bancaire ?

A la demande de l'Observatoire des métiers de la banque, le cabinet Athling a réalisé une étude analyse l'impact de l'intelligence artificielle (IA) sur les emplois et les compétences bancaires. Conscients "des tensions" que le sujet génère chez les salariés, les auteurs ont délibérément choisi de ne pas quantifier le volume d'emplois qui pourraient disparaitre.

Actuellement, seuls 15 % des dispositifs d'IA concernent les conseillers clientèle. Si des expérimentations existent, elles restent très limitées "du fait de performances jugées non satisfaisantes" indique l'étude qui sera rendue publique le 7 décembre. L'IA se diffuse par contre très vite dans les fonctions support : directions des ressources humaines, des finances, des affaires juridiques... Elle permet de détecter les comportements de fraude, prévoir le comportement d'un client.... Elle permet aux RH d'identifier "automatiquement" les compétences des collaborateurs ou des candidats ou encore d'analyser de façon prédictive les comportements d'un salarié.

Toutefois, ces démarches sont désorganisées constatent les auteurs et pensées sur le court-terme (moins de 5 ans). Aussi, l'étude enjoint les banques de nommer un référent IA au sein des groupes, de mutualiser les efforts de recherche-développement, de confier la coordination de leur plan de développement de l'IA à une machine puisque les robots réaliseront à l'avenir en toute autonomie des tâches de plus en plus qualifiées.

Le changement le plus profond résidera dans le transfert des connaissances et de l'expertise bancaire des salariés vers la machine. Les compétences transversales seront les plus valorisées aussi "les parcours professionnels seront à repenser dans leur intégralité". La formation des salariés devra être revue en profondeur pour qu'ils développent "des aptitudes comportementales et relationnelles, voire [...] cognitives".

L'IA n'a cependant pour l'instant pas dépassé le stade embryonnaire dans les établissements. Les récentes annonces de restructurations des réseaux d'agence de banque de détail "tiennent [donc] plus du choix stratégique de modèle et de maillage de distribution que de l'impact de l'intelligence artificielle" rappellent les auteurs.

Source

Le Monde, 04/12/17