Industrie. Vers la création d'une filière du véhicule terrestre de secours et d'incendie ?

Les PME fabricant des camions de pompiers et des véhicules de secours rencontrent des difficultés financières notamment dues aux baisses de dotations des collectivités territoriales. Les Départements, impactés, ont ainsi réduit, en 5 ans, 1/4 de leur investissement dans leurs centres de secours et d'incendie. Ils se regroupent désormais pour mutualiser les commandes et en faire baisser le montant.

Cette démarche de mutualisation découle en partie du travail réalisé depuis 2015 par la mission d'appui à l'équipement des SDIS du ministère de l'Intérieur. Elle permet d'une part d'harmoniser les matériels afin de garantir une plus grande interopérabilité et de faciliter la formation des sapeurs-pompiers. Cependant, comme le nuance Romain Canler, délégué général de la Fédération française des métiers de l'incendie (FFMI), tout ne peut être standardisé et l'offre française très diversifiée de véhicules de secours est aussi "une chance en termes de valeur ajoutée ainsi qu'à l'export".

L'avenir de la filière industrielle de l'incendie est aussi lié au secteur militaire. Le Comité stratégique des industries de la sécurité, mis en place l'an dernier, doit d'ailleurs définir, à moyen terme, une stratégie de l'Etat. Face à un contexte mouvant (difficultés financières, procédure de sauvegarde, mise en vente...), les industriels plaident pour la création d'une démarche et d'une filière française du véhicule terrestre de secours.

La Sides, entreprise nazairienne (44) spécialisée dans la production de camions de pompiers a été placée début mai en procédure de sauvegarde par le Tribunal de commerce de Nantes. Cette société, qui emploie 190 salariés et est dotée d'une forte implantation à l'international et notamment en Afrique, pourrait être reprise par Armoric Holdin, un groupe costarmoricain qui emploie 200 salariés sur 6 sites. Le futur repreneur pourrait licencier 40 personnes de la Sides.

Source

Les Echos, 12/05/17