IA. Susciter des vocations féminines pour éviter des systèmes discriminants

Les femmes sont largement minoritaires dans la recherche sur l'intelligence artificielle. Selon une étude de l'entreprise canadienne Element AI, 12 % des chercheurs en IA dans le monde seraient des femmes (14,8 % en France). Attirer des jeunes filles vers ces filières techniques est pourtant un enjeu crucial pour que les systèmes développés prennent en compte les particularités de tous les humains et ne reproduisent pas les discriminations présentes dans la société.

Une chercheuse du MIT, Joy Buolamwini a ainsi démontré que les logiciels de reconnaissance faciale fonctionnaient mieux sur des hommes que sur des femmes et sur des personnes à peau claire qu'à peau foncée. Pourquoi ? Parce qu'ils ont été entraînés avec des bases où les hommes blancs étaient davantage représentés. Même constat dans un article publié l'an dernier dans la revue "Science". Les outils de traitement du langage associent plus fréquemment les prénoms féminins avec des activités familiales et les prénoms masculins avec des activités professionnelles... Il est donc important de susciter des carrières féminines dans ce secteur pour l'instant largement masculin. Dans son rapport sur l'intelligence artificielle, Cédric Villani indiquait qu'en France en 2016, moins de 10 % de femmes étaient en école d'ingénieur en informatique. Pourquoi ?

Source

Les Echos, 29/08/18