Enseignement supérieur. Mise en place de contrats de réussite étudiante pour la rentrée 2018

Edouard Philippe, Premier ministre, a annoncé l'instauration de la sélection à l'entrée de l'université dès la rentrée 2018. Il la justifie en rappelant que "60 % des bacheliers sont en échec en licence" et qu'il faudra accueillir 40 000 étudiants supplémentaires chaque année. Il propose donc de mettre en place des "contrats de réussite étudiante qui indiquent [aux étudiants] les prérequis pour qu'ils réussissent dans la filière visée".

Car, rappelle-t-il, "nous n'avons pas le droit d'orienter des générations entières dans des formations inadaptées et sans débouchés". Les contrats de réussite étudiante sont l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron. "Un  lycéen ne disposant pas de ces prérequis pourra s'inscrire après avoir comblé ses lacunes, par des cours d'été ou par la validation de modules universitaires", écrivait-il dans son programme.

Le Premier ministre a également évoqué "un droit au retour à l'université pour valider les acquis de l'expérience" et l'instauration de "diplômes de qualification à bac +1" proposés après le lycée professionnel. Ce dernier devrait d'ailleurs voir son lien avec l'entreprise "résserré".

L'instauration de la sélection à l'université va de pair avec la réforme du bac. Une concertation sur ce dossier débutera "dès la rentrée prochaine"" pour "resserrer les épreuves finales autour d'un petit nombre de matières et définir ce qui relève du contrôle continu". La mise en oeuvre de la réforme devra être opérationnelle pour la session 2021 du bac.

Source

Les Echos, Le Monde, 05-06/07/17