Enseignement professionnel. Les mesures phares de la réforme

Détail des changements que pourrait connaître l'enseignement professionnel.

- Pour plus de lisibilité, les Bac pro seront organisés en 15 familles de métiers d'ici à 2022. 3 verraient le jour à la rentrée 2019 : tertiaire-commercial ; bâtiment-construction-travaux publics ; gestion-administration-transport-logistique. A l'entrée en seconde professionnelle, les jeunes choisiront une famille de métiers comportant plusieurs spécialités. Ils passeront également des tests de positionnement et bénéficieront d'un accompagnement (remise à niveau et orientation). Ils auraient moins d'heures de cours, assurées en co-intervention par des enseignants de matières professionnelles et de disciplines générales. En terminale, les élèves choisiront entre l'entrée sur le marché du travail, la création d'entreprise ou la poursuite d'études en BTS.

- En partenariat avec les Conseils régionaux, des Campus professionnels vont voir le jour. Ils associeraient un lycée professionnel, un CFA, éventuellement un IUT, voire un incubateur d'entreprises, un centre de formation continue... Ils disposeraient d'un internat, d'équipements sportifs et culturels. Il existe actuellement 78 campus des métiers et des qualifications mais, ils "manquent d'incarnation" selon le ministère. Doté de 50 millions d'euros, un appel à projets sera lancé cet été dans le cadre du PIA pour "faire émerger des projets pédagogiques innovants".

- Une meilleure insertion professionnelle des diplômés repose sur le développement de formations répondant à de forts besoins de main-d’œuvre (métiers de la sécurité ou aide à la personne par exemple). Celles ayant les plus faibles taux d'insertion, notamment la filière gestion-administration, verront leurs effectifs réduits. Cette décision pourrait poser problème car près de 1 500 professeurs de la filière gestion-administration devaient se réorienter.

- L'apprentissage sera développé. Chaque lycée comportera en son sein une unité de formation d'apprentis pour passer plus facilement de la voie scolaire à l'apprentissage.

- 2 000 classes passerelles entre le bac pro et le BTS seront créées à la rentrée. Objectif : améliorer le taux de réussite dans l'enseignement supérieur.

- La durée du CAP sera modulable : 1, 2 ou 3 ans selon les besoins des élèves.

A noter, la révision du contenu des diplômes est annoncée pour cet été.

Source

Les Echos, Le Télégramme, Ouest-France, Le Monde, Libération, 28-29/05/18